La collection photographique sur la Chine du peintre Louis Dumoulin (1860-1924)

Peintre officiel du Ministère de la Marine, auteur du panorama du tour du monde lors de l’exposition universelle de Paris en 1900, commissaire de l’exposition coloniale de Marseille en 1906, fondateur et longtemps président de la Société coloniale des artistes français, Louis-Jules Dumoulin était un personnage bien ancré dans les milieux coloniaux de la Troisième République française et  son influence dans le monde de l’art de l’époque n’avait rien d’anodin.

Pourtant, force est de constater qu’aujourd’hui, les tableaux de ce peintre, considéré comme un maitre du panorama, sont plutôt conservés dans les réserves des musées qu’exposés dans leurs collections permanentes…

De la même façon, sa riche collection photographique, conservée pour la partie Asie à la Bibliothèque de l’Université Nice Sophia Antipolis (et pour une petite partie au Musée Guimet) est  largement méconnue et très peu étudiée.

GRADIVA vise notamment à combler cette lacune en fédérant et en publiant selon les principes de l’Open access un maximum de recherches sur cette collection remarquable et sur Dumoulin lui-même.

L’article que nous vous présentons ici dans sa version française (il a été publié en octobre 2016 en chinois dans le 21ème numéro de  漢學研究 = Chinese studies. ISBN 978-7-5077-5114-7. pp. 212-219) est donc, nous l’espérons, le premier d’une longue série.

PH92-22 : Mandarin's sedan chair, Peking. Thomas Child, photographie prise entre 1870 et 1890. Epreuve à l’albumine sur papier, montage sur carton, porte au dos « Chaise à porteurs pour les mandarins » (annotation de Louis Dumoulin au dos du montage)
PH92-22 : Mandarin’s sedan chair, Peking. Thomas Child, photographie prise entre 1870 et 1890. Epreuve à l’albumine sur papier, montage sur carton, porte au dos « Chaise à porteurs pour les mandarins » (annotation de Louis Dumoulin au dos du montage)

Outre une présentation générale de la collection, vous y découvrirez les deux voyages en Chine de Louis Dumoulin (en 1888-89, puis en 1897) et les quelques 300 clichés pour la plupart achetés sur place, qu’il a ramenés en France. Cet article tente également de reconstituer le parcours de Dumoulin en Chine et l’origine de ses photographies.

Julien Béal
Université Nice Sophia Antipolis
Laboratoire CTEL
Accès à l’article :

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *