Hommage à Henri Maccheroni (1932-2016)

Henri Maccheroni, artiste au cœur de la littérature, est mort le 25 mai 2016 à Nice.

Niçois, profondément niçois, et fier que sa famille y soit installée depuis cinq générations, Henri Maccheroni a naturellement choisi d’y être enterré, d’y rester, après y avoir marqué à tout jamais le monde de la culture. Dans sa maison des hauteurs de Cimiez, il vous invitait naturellement sur sa terrasse ombragée à partager un verre, un repas, des anecdotes bravaches, anodines, historiques ou des propos sur son art, sur l’art, sur la poésie, sur Nice, sur le monde d’hier et d’aujourd’hui…

La bibliothèque accueille depuis 1979 un fonds comprenant des œuvres originales, affiches, œuvres graphiques, des livres et des articles. Depuis 2014, l’enrichissement du fonds avait repris avec des dons d’articles critiques, de livres. Ce fonds reflète évidemment son activité artistique, mais aussi la vitalité artistique de la ville de Nice. Le fonds Henri Maccheroni est décrit dans le catalogue Calames.

L’histoire artistique d’Henri a donc commencé à Nice, dans le Club des jeunes créé par les poètes Robert Rovini, Paul Mari et René de Cugis. Le Club des Jeunes, rencontres poétiques (dans sa première version, celle qui s’éteint en 1953, avant la version de l’Ecole de Nice), qui se réunit au Ballon d’Alsace, restaurant situé à l’angle de la rue Gioffredo et de la place Massena, c’est le lieu de la passion, de l’échange non-conformiste autour de la poésie, de la création. En 1958, il retrouve Robert Rovini qu’il accompagnera jusqu’à sa mort en 1968, période où en parallèle, ou alors en conséquence, Henri Maccheroni s’engage fermement sur sa voiede peintre. En 1963, Henri Maccheroni présente sa première exposition, à Rome, avec sa série des Mondes inachevés.

On le dit alors « surréaliste », dans les alentours du mouvement Phases, créé par Edouard Jaguer dans les années 1950 pour rassembler les mouvements surréalistes disséminés en Europe et dans le monde. Et effectivement il participe à quelques expositions du mouvement. Mais rapidement avec sa série des Nocturnes, où apparaissent des formes sexuelles, il s’éloigne de ce mouvement et poursuit son exploration de l’érotique, non pas l’« érotique-voilée » d’André Breton, mais les sexes féminins photographiés de 2000 photos d’un sexe d’une femme, ainsi que tous les objets érotiques de la société industrielle avec les séries Gaines, Stèles, Parcmètres… Durant les années soixante-dix, il pratique et théorise un art ‘socio-critique’, avec des œuvres comme L’Armoire aux bocauxCadeau pour les partisans de la peine de mort, Rénovation du mobilier patriotique : les Grandes médailles, où des sexes rendent hommage ou Parcmètres mettant en regard sexes et forces de l’ordre…. Ce face-à-face cru avec l’érotique permet aussi d’ôter couche après couche les strates comme en archéologie. L’archéologie qui donnera des séries essentielles Archéologies blanches, Archéologies noires, Archéologies du signe. Cette dernière est conçue avec trois signes: le cercle, la croix grecque, la croix de Saint-André, sept couleurs : écru, jean, rouge, léopard, métal, blanc et noir. Combinaisons de formes, de couleurs, puis de matière pour emblématiser le monde contemporain, à la manière d’un archéologue qui décrypte le monde passé à partir d’artefacts muets.

L’œuvre d’Henri Maccheroni se caractérise par l’attachement à ces signes, ces motifs, vanités, crânes, sexes féminins, ombres et obliques, qu’il décline en séries, utilisant toutes les méthodes picturales possibles : peinture, photographie, gravure, découpage et collage de papier mêlés de peinture comme dans la série Manhattan gris. Ses séries ne sont pas dans une structure linéaire chronologique, sur une période dite, mais les signes, les thèmes, les techniques se font écho sur des décennies; les séries ne sont jamais finies, elles renaissent, se croisent, se fractionnent…

Tout comme elle se caractérise par ses collaborations avec écrivains et poètes. Plus de cent cinquante livres d’artiste ont émaillé son activité : Alain Borer, Pierre Bourgeade, Jean-Pierre Faye, Alain Freixe, Jean-François Lyotard, Raphaël Monticelli, Claude-Louis Combet, … Et surtout Michel Butor, l’ami, celui avec qui il fonde en 1982 le Centre National d’Art Contemporain de la Villa Arson, qui se veut  un appui à l’activité artistique de la région grâce à son programme d’expositions et son activité de galerie. Le compagnon de voyage en Egypte, à Jérusalem…, avec des productions d’œuvres à quatre mains : les Œuvres croisées, signées d’Henri Maccheroni et textes de Michel Butor, le livre d’art Trêves et rêves, Jérusalem, de multiples œuvres dans la série des Archéologies… Le fonds de la bibliothèque reflète ces nombreuses collaborations, notamment un ensemble de quatre œuvres sur huit exécutées en hommage en Georges Perros, grand ami et même conseiller littéraire de Michel Butor.

Aucune Ecole, aucun qualificatif ne peuvent réduire la création multiforme, vaste et unique d’Henri Maccheroni…

 

Henri Maccheroni était très proche de la Bibliothèque Lettres, Arts et Sciences humaines Henri Bosco avec qui il avait plaisir à organiser des événements autour de son œuvre, de l’art et de la vie en général, en compagnie de ses amis qui partagent son appétit de la littérature et de la beauté, ses amis-collaborateurs écrivains et critiques Alain Freixe, Yves Ughes et Raphaël Monticelli, ses amis archéologues, Bertrand Roussel et Abdelkader Moussous, l’éditeur-galeriste niçois Jean-Paul Aureglia (La Diane française).

Il y a un peu plus d’un an, ils étaient tous venus inaugurer l’exposition des photographies d’Henri Maccheroni sur le site archéologique de Tipasa, sur les pas d’Albert Camus. Henri Maccheroni était très heureux de voir la bibliothèque conserver un fonds spécialisé sur son œuvre depuis les années 80 et de pouvoir enrichir à nouveau ce fonds. Avec un programme de conférences, dont les vidéos sont disponibles sur la Médiathèque numérique de la Bibliothèque, il nous avait parlé d’archéologie, de littérature, de photographie. A 83 ans, il n’avait pas fini de s’interroger :

maccheronired« Il y a une évolution de l’archéologie, qui m’interroge moi. C’est Philae qui est partie là-bas, à un million de kilomètres, à je ne sais plus combien. C’est une nouvelle archéologie, l’archéologie est toujours en mouvement […] Il y a donc une nouvelle forme d’archéologie, et tous les reportages que l’on voit là-dessus, sur le cosmos, c’est aussi une forme d’archéologie étonnante, puisqu’on perçoit des lumières qui se sont éteintes depuis des millions d’années lumières et qu’on reçoit maintenant seulement, donc là aussi c’est une évolution archéologique, ce qui fait que les astronautes sont aussi des archéologues. »

 

Angela Maffre

Bibliothèque Lettres, Arts et Sciences humaines Henri Bosco


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *