Louis-Jules Dumoulin ou quand la représentation de l’autre est flashée par une rencontre avec soi

Photo tirée de la collection photographique de Louis Dumoulin. Yokohama : jubilé de la reine Victoria, Juillet 1897.

    Placé sous le signe d’un retour à la vie japonaise d’autrefois, le peintre Louis-Jules Dumoulin a su nous emporter au-delà d’un imaginaire occidental pour nous faire atterrir, finalement, au cœur de ses clichés autour d’un Japon passionné et déchiré par l’amour de deux cultures : japonaise et occidentale. Tout cela est rendu possible grâce à ses collections photographiques ramenées de ses deux voyages dans le pays du soleil levant, et qui sont présentes à l’ASEMI dans les fonds de la bibliothèque de l’UNS pour le plus grand plaisir de ses étudiant(e)s et chercheurs. Cette photo est prise par le peintre lui-même pendant son second voyage effectué au Japon en 1897. Cette date correspond, en effet, au jubilé de la reine Victoria comme l’a indiqué Louis Dumoulin dans ses annotations au dos de la photo.

Ainsi, c’est dans ce Japon retransmis qu’on retrouve la représentation des deux cultures en question, en livrant un récit qui renforce le pouvoir de séduction de l’Extrême-Orient dans la scène littéraire et artistique. Un récit dont la modernisation du pays (ou après l’ère Meiji) se retrouve en proie à ses traditions, mais aussi en harmonie avec les coutumes de celui-ci. Cela est désormais remarquable à partir de la photographie, bien propre à l’artiste voyageur, qui raconte un désir et une quête inlassable de fusion avec l’Autre. Cette quête nous est alors parvenue pour faire de ce Japon une nouvelle destination à la mode. En outre, ce qui nous intéresse chez ce nippon inconnu tourne autour d’un dépassement d’une dualité entre l’Extrême-Orient et l’Occident. Le peintre retrace une histoire et un voyage qui se réécrivent au sein d’un Japon en laissant, en effet, une place à un dialogue et à une complémentarité entre le Moi et l’Autre.

Pour nous transmettre cette fusion sur un papier, le peintre montre trois aspects qui ressortent dès que nous nous penchons pour admirer cette photo : le sourire, le spectacle et la passion. Il s’agit d’un partage festif entre Occidentaux et Japonais dans la bonne humeur et dans un sentiment de curiosité, ne niant pas toutefois les différentes oppositions « quelques fois brutales » entre les deux camps. La photographie de Louis Dumoulin est devenue, en somme, une allusion à un récit de voyage qui semble le moyen de s’évader d’un tout autre quotidien raconté dans l’histoire et dans les livres pour arriver, par ailleurs, à une projection dont l’exotisme est transformé en images rattachées à l’enthousiasme du peintre lui-même. Pour cela, le voyageur ne photographie pas les diplomates britanniques qui n’étaient pas présents dans les lieux à ce moment-là, mais anime plutôt son cliché par cette avenue de Yokohama (qui était parmi les seules villes portuaires ouvertes aux étrangers avant la modernisation du pays). Dans ce tirage en noir et blanc, on retrouve tradition et modernité: nous remarquons dès lors des maisons typiquement japonaises en bois, mais le toit est cependant couvert de charpente. C’est effectivement un merveilleux contraste d’un milieu à la fois traditionnel et moderne. Ce milieu ressort de ce cliché raconté par Dumoulin en invitant différents visages japonais et occidentaux. Cet homme maquillé est d’ailleurs au centre de la photo sur sa bicyclette: un moyen de déplacement importé de l’Angleterre, qui n’était pas donné à tout le monde et qui été réservé à la classe aisée du Japon dans les années 1895 (après l’invention du pousse-pousse en 1868). En revanche, l’homme souriant porte une tenue traditionnelle de Samouraï avec une arme « Naginata » à la main.

La photographie de Dumoulin joue, alors, un rôle très important dans l’identification de ce nouveau Japon méconnu aux yeux de l’Occidental. Hormis la littérature de voyage, Dumoulin relate ses voyages par le biais de sa peinture et de ses photographies. En ce sens, cet art devient l’outil ethnographique du peintre dans l’archipel, tout en apportant une nouvelle image sous les ombres et les vapeurs d’un dialogue possible entre plusieurs cultures. Toutefois, en étant le plus souvent liée à la question de l’identité japonaise entre hier et aujourd’hui, la photographie de Louis Dumoulin n’exclut tout de même pas les différences entre le Même et l’Autre. Cette altérité est choisie passionnément pour arriver, enfin, à une ouverture sur un monde où le vagabondage et la curiosité sont parfois les principales quêtes au début du voyage. Nous ne pouvons pas, dans un autre contexte, exclure l’importance de cette photographie dans les conditions de la formation des stéréotypes sociaux. C’est, d’emblée, un sujet qui nous intéresse en tant que chercheurs et futurs chercheurs : sommes-nous issus des cases que chaque société veut nous imposer ? Je crois que notre vraie identité n’est que le résultat de ce contact avec l’Autre.

Toufik HADJI, étudiant de l’UNS en Master 2 « Lettres, recherche », parcours littérature comparée et études européennes. Sujet de mémoire : Le voyageur perplexe dans le Japon du XIXe et XXe siècle (textes et représentations).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *