Rencontres 2022 de « L’Amitié Henri Bosco » : 24-25-26 juin à Nice

 

Dans deux semaines, se tiendront à Nice les Journées annuelles de L’Amitié Henri Bosco déclinées en trois évènements :

  • le vendredi 24 juin, l’Amitié sera accueillie à la Bibliothèque universitaire pour son Bureau et son Assemblée générale, réservés au membres de l’Amitié Henri Bosco. La Bibliothèque Henri Bosco présentera à cette occasion une exposition consacrée à “Henri Bosco au fil des “eaux dormantes””, exposition qui sera présentée jusqu’au 13 juillet.
  • le samedi 25 juin, auront lieu des Rencontres internationales au Centre Universitaire Méditerranéen avec un programme de conférences, projections et lectures entre 10 h et 12 h 30 et 14 h 30 et 18 h.
  • le dimanche 26, une cérémonie en hommage à Monique Baréa, fondatrice de l’Amitié Henri Bosco et du fonds de documentation Henri Bosco à la bibliothèque universitaire aura lieu au cimetière de Touët-de-l’Escarène.

Programme complet et modalités sur le site de l’Amitié Henri Bosco : http://henribosco.org/2022/06/05/rencontres-2022-de-lamitie-henri-bosco-a-nice-24-25-26-juin/

Des visites des collections remarquables, en veux-tu en voilà !

Le mardi 22 et le jeudi 24 mars ont eu lieu deux visites commentées par Antoine Hiemisch et Angela Maffre des collections remarquables présentes au sein de la BU Lettres Arts Sciences Humaines – Henri Bosco. Ils ont été contents d’accueillir des étudiants et lecteurs curieux de découvrir ces collections, que ce soit les 6 000 photographies du fonds ASEMI provenant de l’ancien musée des colonies de Paris ou les archives littéraires (manuscrits, photos et exemplaires uniques) de nos auteurs niçois. Au total, 15 personnes ont pu découvrir les collections remarquables.

Ces visites ouvertes à la communauté universitaire sont amenées à se reproduire régulièrement, une fois par semestre. Suivez les actualités de la bibliothèque sur le site web pour y participer : https://bu.univ-cotedazur.fr/fr

DocAsie 2022 : archiver l’Asie

La quinzième édition des Journées DocAsie se tiendra les 22, 23 et 24 juin 2022, à Aix-en-Provence. La réunion est organisée cette année par les Archives nationales d’outre-mer et la Maison Asie-Pacifique.

La thématique retenue est “Archiver l’Asie“. Le programme complet est visible sur le site du réseau. Les inscriptions pour assister aux journées se terminent le 25 mai.

LA collection Louis J. Dumoulin à l’honneur

Le 24 novembre 2021, un personnage bien connu de la BU Henri Bosco, mais aujourd’hui pratiquement oublié du grand public, a été mis à l’honneur par la soutenance de la thèse de Julien Beal, notre bibliothécaire responsable de l’ASEMI jusqu’à la rentrée 2021, co-fondateur de GRADIVA, et membre du CTEL (Centre Transdisciplinaire d’Épistémologie de la Littérature et des arts vivants, UPR 6307).

Pour l’écouter et discuter de son travail, un jury international remarquable était réuni: M. Christophe Marquet, professeur d’histoire de l’art japonais et actuel directeur de l’École française d’Extrême-Orient, membre de l’Institut français de recherche sur l’Asie de l’Est; Mme Kazuko Iwamoto, professeure de littérature comparée à l’université de Kôbé, au Japon; M. Erkki Huhtamo, professeur d’histoire des médias à l’université de Californie Los Angeles (UCLA); M. Claude Estèbe, chercheur à l’Institut de français de recherche sur l’Asie de l’Est; et sa directrice de thèse, Odile Gannier, professeure de littérature comparée  à Université Côte d’Azur, CTEL, membre de GRADIVA. Grâce aux moyens maintenant éprouvés de la visioconférence, et grâce à leur bonne volonté pour se connecter à des heures variées et parfois très tardives, les membres du jury étaient répartis sur 17 fuseaux horaires!

La thèse de Julien Beal apporte un éclairage décisif sur ce personnage, qui était passé dans l’ombre de l’histoire de l’art. Mais c’était sans compter sur sur la curiosité de notre bibliothécaire travaillant jour après jour au milieu de collections remarquables qu’il souhaitait faire connaître: la BU Henri Bosco recèle en effet des documents uniques au monde qui attirent les chercheurs travaillant sur l’Asie du Sud-Est. Julien Beal s’est passionné pour l’un de ces fonds : un corpus de centaines de photographies du Japon. Ces documents ont été collectés entre 1888 et 1897 par l’artiste français durant ses trois voyages officiels en Extrême-Orient. Peintre officiel de la marine et fondateur de la société coloniale des artistes français, Louis Jules Dumoulin (1860-1924) n’avait jamais fait l’objet d’un travail universitaire de grande envergure en France ou à l’étranger. Quelques publications scientifiques sur des sujets connexes lui consacraient quelques lignes, mais aucune véritable recherche fondamentale n’avait été menée sur cet artiste pourtant très actif, premier peintre français à bénéficier d’une mission officielle l’envoyant au Japon en 1888, en pleine vogue du japonisme, reconnu de son vivant et jouissant d’une influence certaine.  Ses contemporains Georges Bigot et Félix Régamey, deux peintres français ayant voyagé et représenté le Japon à la même époque, sont aujourd’hui plus connus que lui : cette disparité méritait examen.

Entre 1888, date de son premier voyage au long cours et 1897, Dumoulin effectue deux missions officielles en Asie qui le conduiront à séjourner à trois reprises au Japon mais aussi dans plusieurs autres pays dont la Chine et surtout l’Indochine française, territoire qui fera de ce patriote un colonialiste convaincu et militant. Artiste prolifique, Dumoulin a livré de nombreux tableaux inspirés de ses voyages et exécutés à partir d’études in situ ou de modèles photographiques puisées dans sa riche collection personnelle. Bien qu’il soit l’un des premiers peintres français à avoir effectué le voyage jusqu’au Japon et en dépit de la grande quantité d’œuvres inspirées par ce pays dans sa production, il reste, dans le peu de notoriété que lui accorde l’histoire de l’art, exclusivement un peintre colonial.

Fruit de recherches fondamentales au sujet d’un personnage très peu étudié, la thèse s’appuie sur des documents d’époque mais aussi sur des sources primaires inédites dont la collection photographique de plus d’un millier de clichés acquis ou pris par Dumoulin et annotés de sa main, afin d’interroger le rôle qu’a joué l’Extrême-Orient et plus particulièrement le Japon dans la vie et l’œuvre de cet artiste et sa place dans le japonisme de la fin du XIXe siècle. Le travail de thèse a consisté d’une part dans l’élaboration d’une biographie détaillée de Dumoulin, qui n’avait jamais été faite, en particulier grâce à un dépouillement systématique de la presse publiée du vivant de l’artiste ; d’autre part la thèse propose un catalogue aussi exhaustif que possible de ses œuvres picturales ; enfin, l’essentiel du travail contextualise et analyse  ses œuvres, et la manière dont le peintre s’est inspiré des photographies (achetées sur place, les « Yokohama shashin », ou réalisées par le voyageur lui-même)  pour réaliser ses tableaux, dont la spécificité est entre autres l’élaboration de « panoramas », comme celui de la bataille de Waterloo, celui de la guerre sino-japonaise, ou le “panorama du Tour du monde” pour l’exposition universelle de 1900 : lors de cette manifestation, il avait fait même venir une troupe de geishas pour animer les décors peints. Enfin, Dumoulin s’était aussi essayé à la rédaction d’articles de journaux, sous son nom ou sous un pseudonyme, dont la thèse reproduit quelques spécimens. L’ensemble donne un aperçu cohérent et éclairant sur l’attrait pour l’Extrême-Orient au tournant du siècle et son influence sur l’histoire de l’art de l’époque.

Au nom de la collectivité universitaire et des chercheurs, GRADIVA et ses membres sont heureux de féliciter Julien Beal pour cette belle thèse qui servira de référence solide tant sur Louis Jules Dumoulin que sur les pratiques artistiques  des peintres-photographes voyageurs; et surtout de le remercier pour tout le travail mené pour la valorisation des collections.

 

Actualité scientifique

Un gros travail a été réalisé dans les derniers mois (par Julien Beal en particulier) pour lancer la Bibliothèque numérique Côte d’Azur. Mener à bien ce projet a permis de faire passer d’un catalogage classique à une encyclopédie en ligne, HUM@AZUR. Le projet “ASEMI-NUM” a été le moteur de cette transformation très positive pour l’établissement, qui s’est engagé en faveur du projet,  et pour la visibilité de ses “collections remarquables”: ce qui n’était pas visible, ou difficilement, devient accessible urbi et orbi et fait découvrir une véritable mine de documents et d’informations ! Gallica et Isidore moissonnent désormais nos ressources… Nous voilà maintenant au coeur d’une véritable toile dans laquelle il devient passionnant de passer d’un point à un autre.

Grâce au “web sémantique”,  l’objectif est réussi de décloisonner et produire des données nouvelles.

 

Autour d’Henri Bosco : voyageurs et expatriés en Afrique du Nord, textes et images:

11 juin 2021, BU Henri Bosco / CTEL

Journée d’étude organisée par Toufik HADJI,
doctorant en littérature générale et comparée, Université Côte d’Azur, CTEL

Autour d’une exposition sur “Bosco au Maroc” (collections patrimoniales de la BU Henri Bosco), préparée par Angela Maffre

S’évader pour quelques jours, pour quelques mois, voire pour quelques années, ou tout simplement partir, enfin, vagabonder, a toujours séduit les voyageurs occidentaux, « peut-être curieux ? ». L’Afrique du Nord qu’a connue Henri Bosco – le Maghreb (ou même la Berbérie d’antan ?) – semble avoir été une destination déjà prisée par les artistes dits « orientalistes » à partir du XIXe siècle. Comme Henri Bosco (1888-1976) qui résida au Maroc de 1931 à 1955, y enseigna jusqu’à la fin de la guerre, y écrivit la majeure partie de son œuvre  tout en faisant de nombreux voyages en Algérie et Tunisie, Louis Riou (1893-1958) a vécu au Maroc de 1931 à 1945 : il y devient même professeur de dessin. Raconter donc son séjour coïncide avec son besoin intérieur. L’écrivain assoiffé et émerveillé ne se limite pas seulement à l’écriture : il va relier l’écriture et l’image. L’image vient, par conséquent, faciliter la transmission et pourrait éclairer des récits écrits potentiellement incompréhensibles pour le public. Mais en analysant des récits de voyage en Afrique du Nord, on s’aperçoit qu’on ne peut se contenter de ne parler que de l’orientalisme, entre le XIXe et le XXe siècle. Quelle évolution a-t-elle eu lieu entre les œuvres d’Eugène Delacroix (dont les croquis de voyage sur le Maroc en 1832 sont soigneusement conservés au musée du Louvre) et celles d’Henri Bosco (dont les dessins et photographies sont déposés dans les fonds patrimoniaux de la bibliothèque universitaire de la faculté de lettres, Université Côte d’Azur) ? Comment le cliché a-t-il changé ? Si Henri Bosco décrit par exemple dans Des Sables à la mer [1950] ce qu’il voit du Maroc, il ne cherche pas forcément à commercialiser ses œuvres ni à s’inscrire dans le mouvement orientaliste. La passion de l’écrivain voyageur ou expatrié pour l’art de la photographie, du dessin, de la peinture et de l’aquarelle nous rappelle qu’il existe un autre désir de réappropriation du réel, et que ce même voyageur cherche finalement à exprimer cette réalité avec ses propres moyens. Comment les voyageurs de cette génération du premier XXe siècle, comme Bosco, ont-ils cherché à rendre compte du pays qu’ils voyaient ? Comment l’image s’est-elle glissée devant le texte, la photo devant l’aquarelle ? Comment la description du pays peut-elle se réaliser en dehors de l’expression des sensations personnelles, pour atteindre une forme dépouillée de l’objectivité photographique, même par l’écrit ? Bosco est-il comparable à d’autres écrivains-voyageurs de sa génération ? Quels rapports a-t-il entretenus avec eux (Riou, …) ? Comment l’image du pays change-t-elle pour le voyageur d’occasion et le résident au long terme, comme l’a été Bosco au Maroc ? Pour répondre à ces questions sur la relation entre texte et image dans le récit de voyage français en Afrique du Nord, on pourra se détacher du « je » traditionnel, sans le négliger, pour évoquer un « nous » exprimé sur l’image, puisque le voyageur relate aussi une histoire « im-personnelle ».  

Pour suivre les travaux à distance: lien zoom de la journée

 

publication DES Actes de la Journée d’études consacrée aux représentations des femmes japonaises

En ces temps difficiles, nous sommes heureux de vous annoncer la publication en accès ouvert du numéro 16 de Loxias-colloques consacré aux actes de la journée d’études du 16 mai 2019 intitulée “Représentations littéraires et artistiques de la femme japonaise depuis le milieu du XIXe siècle, entre fabrique d’images, stéréotypes, auto-exotisme et occidentalisation”.

La revue est disponible à l’adresse suivante :

http://revel.unice.fr/symposia/actel/index.html?id=1535

Centrées sur l’image de la femme japonaise en Occident, les interventions de cette journée d’études ont cherché à mettre à jour de nouvelles pistes de réflexions autour des représentations de la femme japonaise dans une approche résolument comparatiste.

Cette journée d’étude qui s’est déroulée à la bibliothèque de la faculté des Lettres, Arts et Sciences Humaines de l’Université Côte d’Azur a été organisée avec le soutien logistique et financier de l’UFR LASHS, de l’école doctorale SHAL et des laboratoires de recherche CTEL et CMMC d’Université Côte d’Azur.

Avec la participation de Mesdames Christine Lévy, Sandra Schaal, Ayumi Ueda, Maëva Lamolière, et de Monsieur Frédéric Roustan.

Sous la direction de Naoko Tsuruki et de Julien Beal. Mise en forme éditoriale de Valerio Vittorini et Odile Gannier.

Une interface web pour explorer la bibliothèque personnelle d’Henri Bosco (et pourquoi s’intéresser à la bibliothèque d’un écrivain)

Bibliothèques d’écrivain et fonds d’archives en bibliothèque universitaire : pourquoi c’est si compliqué ?

Nous, bibliothécaires, pensons catalogue, description bibliographique, liste d’ouvrages, accès aux documents, et jusqu’à présent cela faisait le job… Mais est-ce suffisant aujourd’hui, nos interfaces apportent-elles vraiment des réponses aux besoins et aux envies des chercheurs ? Prenons un exemple : depuis 2015, les ouvrages de la bibliothèque personnelle de l’écrivain Henri Bosco sont décrits et référencés dans le catalogue des bibliothèques d’Université Côte d’Azur. Pour les trouver, si vous êtes chercheur et que vous vous intéressez à l’ensemble intellectuel que constitue la bibliothèque de cet écrivain, dans la lignée de ce que Jean-Yves Laurichesse a pu faire sur la bibliothèque de Jean Giono[1], vous pouvez renseigner dans le catalogue le terme de recherche BHB, qui correspond au suffixe de cote de cette collection.

Le saviez-vous ? L’auriez-vous deviné ?

Continuer la lecture de Une interface web pour explorer la bibliothèque personnelle d’Henri Bosco (et pourquoi s’intéresser à la bibliothèque d’un écrivain)

Journée d’études : Programme

Représentations littéraires et artistiques de la femme japonaise depuis le milieu du XIXsiècle : entre fabrique d’images, stéréotypes, auto-exotisme et occidentalisation

Jeudi 16 mai 2019

Organisée par Naoko Tsuruki et Julien Béal

Université Côte d’Azur, Centre Transdisciplinaire d’Épistémologie de la Littérature et des Arts vivants, Nice

« Tout voyageur qui visite le Japon ne peut se soustraire au plaisir, je
dirais presque au devoir, de parler de la femme. On conçoit sans peine qu’il doit en être ainsi, parce que la Nipponne est le principal bibelot de ce joli pays », c’est en ces termes que s’exprime E. Cavaglion dans le récit de son tour du monde paru en 1894 (254 jours autour du monde, Paris, Hachette, 1894, p. 372). C’est indéniable, l’image des femmes japonaises durant la seconde partie du XIXe  siècle en France est très souvent réduite à la mousmé comme dans le théâtre animé proposé par le peintre Louis Jules Dumoulin (1860-1925) lors de l’Exposition universelle de 1900, au point souvent d’en gommer toutes les origines sociales des dites femmes comme dans le cas des prostitués japonaises en Indochine française entre 1880 et 1920. D’autres représentations, comme celle du peintre, caricaturiste et journaliste français Georges Ferdinand Bigot (1960-1927), résident durant deux décennies au Japon, sont, dans une veine humoristique, plus diverses et protéiformes.

Dans le courant du XXe, la puissance militaire du Japon et l’inquiétude qu’elle suscite en Occident déplace l’attention des voyageurs mais les femmes japonaises restent abondamment représentées à la fois par les voyageurs occidentaux mais aussi par les écrivains et artistes japonais eux-même. Ainsi, les caricatures de mœurs mettent sur le devant de la scène de nouvelles figures féminines. Ces femmes nouvelles, peuvent présenter une apparence physique très occidentalisée ou particulière comme la garçonne, mais elles deviennent surtout des figures plus combatives, plus engagées socialement.

Plus proche de nous, Carlotta Ikeda (1941-2014), danseuse moderne très présente sur la scène française, propose une image subversive inédite dans laquelle l’exotisme n’est pourtant pas absent.

Centrée sur l’image de la femme japonaise en Occident, cette journée d’étude s’inscrit dans une approche comparatiste sans limite géographique. les questionnements suivants seront au centre des interventions programmées :

– Existe-t-il une fonction diplomatique dans les représentations de la femme japonaise en Occident et quelles sont les significations et les finalités de celle-ci ?

– En quoi le lien entre le Japon et la femme japonaise s’avère-t-il étroit dans l’imaginaire occidental. Et comment cela se manifeste-t-il, depuis le XIXe siècle, dans les expressions artistiques ?

– L’image de la femme japonaise peut-elle être différente suivant le pays, la société, la période ou l’auteur ?

– Comment l’image de la nouvelle femme japonaise moderne occupe la littérature japonaise ?  Quels symboles peut-on y conférer par rapport aux mutations du pays ? L’émancipation ? L’indépendance ? La perdition ?

– Comment la femme occidentale était-elle perçue au Japon lors de la seconde moitié du XIXe siècle ? Comment cette perception a-t-elle évolué et quelles en furent les conséquences sur la société japonaise ?

– Comment l’image de la femme japonaise façonnée durant la seconde partie du XIXe siècle influe-t-elle sur la société japonaise actuelle ?

Avec la participation de Mesdames Christine Lévy, Sandra Schaal, Ayumi Ueda, Maëva Lamolière, et de Monsieur Frédéric Roustan.

Journée d’études – représentations des femmes japonaises -16 mai 2019 – Nice

Panaït Istrati et Nice

Lorsque Panaït Istrati arrive pour la première fois à Nice à l’automne 1920, c’est un homme de 37 ans brisé physiquement et moralement, déjà presque “un vaincu” [1] qui aborde sur le rivage de la Baie des Anges. A Paris, où il a séjourné quelques mois, il a souffert de l’isolement affectif et intellectuel auquel sa situation d’ouvrier étranger l’avait réduit, aussi pense-t-il se ressourcer sur les bords de sa chère Méditerranée, sûr en outre de trouver du travail dans la capitale de la Côte d’Azur. Malheureusement, il ne lui faut pas longtemps pour s’apercevoir qu’en dépit du doux soleil de la riviera, rien ne s’améliore pour lui, bien au contraire. D’abord parce que toutes ses tentatives pour trouver du travail restent désespérément vaines, épreuve douloureuse qui le marquera durablement comme en témoignent ces lignes :

                             “Je ne puis pas oublier qu’à Nice, il y a six ans, en plein Occident civilisé, j’ai frappé à toutes les portes pour m’offrir à exécuter les travaux les plus humbles contre, au moins, un morceau de pain et un abri, sans aucun salaire, et que je n’ai pas trouvé d’embauche.”[2] Continuer la lecture de Panaït Istrati et Nice

Journée d’études : Appel à communications

Représentations littéraires et artistiques de la femme japonaise depuis le milieu du XIXsiècle : entre fabrique d’images, stéréotypes, auto-exotisme et occidentalisation

Jeudi 16 mai 2019

Organisée par Naoko Tsuruki et Julien Béal

Université Côte d’Azur, Centre Transdisciplinaire d’Épistémologie de la Littérature et des Arts vivants, Nice

            Date anniversaire du début de l’ère Meiji (1868-1912) mais aussi des relations diplomatiques entre le Japon et la France, 2018 était une année propice aux commémorations officielles.  Pourtant, si de nombreux événements ont eu lieu au Japon, il n’y a pas eu à proprement parler de programme d’ampleur nationale, trahissant l’absence de consensus,cent-cinquante ans plus tard, sur l’importance de l’ère Meiji et sur sa signification historique. En France, c’est sous l’appellation « Japonismes2018 » que se sont déroulées des commémorations non pas centrées sur l’avènement de l’ère Meiji, mais sur la célébration du premier traité d’amitiés signé entre les deux pays en 1858. Nostalgie d’un Japon ancien englouti par la modernité, fascination pour le samourai, l’estampe, la geisha… C’est sous le signe des japonismes de la seconde partie du XIXe siècle en Europe, et surtout à Paris que se sont placés la plupart des événements culturels en 2018. Le discours s’efforce,en l’occurrence, de mettre en exergue la fascination et l’admiration esthétique et artistique des Français pour la culture japonaise traditionnelle, « produit d’un héritage ancien », d’un exotisme de bon goût d’autant plus digne d’intérêt que la modernité semble en passe de l’engloutir.

            Toutes proportions gardées, Paris s’est offert sous certains aspects une réédition du pavillon japonais de l’Exposition universelle de 1867. La geisha notamment marqua durablement les spectateurs jusqu’à devenir un symbole puissant d’un Japon que la majorité des Français découvraient alors pour la première fois.Mise en scène pour son potentiel d’attractivité, la geisha devient surtout l’image de la femme japonaise en Occident jusqu’à en faire oublier son métier : celui de pratiquer les arts traditionnels pour accompagner et divertir une clientèle aisée et principalement masculine. L’estampe, puis la photographie, créées au Japon et diffusées en Occident alimentent, de manière souvent intentionnelle, cet amalgame. Le succès populaire deux décennies plus tard de Madame Chrysanthème de Pierre Loti, témoigne de l’ancrage des stéréotypes liés à la femme japonaise et apporte par la même occasion une contribution significative au renforcement de ces derniers.

A côté de cette figure «exotique » entretenue par le Japon lui-même vis-à-vis du monde extérieur, les dirigeants politiques et la nouvelle noblesse japonaise montrent à la nation ce que doit être la modernité et le progrès. Le fait de s’habiller, de manger à l’occidentale et d’apprendre les langues occidentales se dote alors d’un sens d’émancipation et d’indépendance encore plus fort pour la Japonaise que pour le Japonais. Dès lors, on voit s’esquisser, au Japon principalement, l’image d’une nouvelle femme japonaise moderne de la fin du XIXe au début du XXesiècle.

            Notre journée d’étude prend sa source dans les faits historiques décrits brièvement ci-avant, et s’intéresse au domaine de l’imaginaire et de l’expression, en même temps qu’à la question, toujours actuelle, de l’émancipation de la femme dans le monde moderne et contemporain.  Centrée sur l’image de la femme japonaise en Occident mais aussi sur celle de la femme occidentale au Japon, cette journée d’étude s’inscrit dans une approche comparatiste sans limite géographique mais avec une préférence pour les communications liées aux relations franco-japonaises depuis le XIXe siècle jusqu’à nos jours.

Les propositions pourront s’articuler autour des questionnements suivants :

– Existe-t-il une fonction diplomatique dans les représentations de la femme japonaise en Occident et quelles sont les significations et les finalités de celle-ci ?

– En quoi le lien entre le Japon et la femme japonaise s’avère-t-il étroit dans l’imaginaire occidental. Et comment cela se manifeste-t-il, depuis le XIXe siècle, dans les expressions artistiques ?

– L’image de la femme japonaise peut-elle être différente suivant le pays, la société, la période ou l’auteur ?

– Comment l’image de la nouvelle femme japonaise moderne occupe la littérature japonaise ?  Quels symboles peut-on y conférer par rapport aux mutations du pays ? L’émancipation? L’indépendance ? La perdition ?

– Comment la femme occidentale était-elle perçue au Japon lors de la seconde moitié du XIXe siècle ? Comment cette perception a-t-elle évolué et quelles en furent les conséquences sur la société japonaise ?

– Comment l’image de la femme japonaise façonnée durant la seconde partie du XIXe siècle influe-t-elle sur la société japonaise actuelle ?

Ces pistes de réflexions ne sont aucunement exhaustives. Si les communications comparatistes sont souhaitées, cette journée d’étude n’assigne pas de limites disciplinaires à l’intérieur des champs artistiques (Beaux-Arts, arts décoratifs, arts vivants,musique, cinéma, photographie…) et littéraires (y compris la littérature populaire).

La durée des communications est fixée à 30 minutes. Du temps sera consacré aux questions et d’échanges avec le public. Les actes seront publiés dans la revue scientifique en libre accès Loxias.

 Modalités de soumission des propositions et calendrier :

Les propositions de communications en français ou japonais (500 mots maximum) ainsi qu’une courte bio-bibliographie sont à adresser conjointement à jejapon2019@univ-cotedazur.fr avant le 1er février 2019.

Les décisions du comité scientifique sur les propositions seront communiquées courant février2019.

Appel à contributions “Journées DocAsie 2018”

Les fonds sonores et les fonds spécialisés et précieux sur l’Asie
20-22 juin 2018, Maison de l’Asie, Paris

Les fonds sonores sur l’Asie : Comment constituer un fonds sonore ? Quelles sont les spécificités de la gestion d’un fonds aussi particulier ? Quelles sont les composantes à valoriser et à mettre en avant dans ce travail ? Quel est le rôle de l’innovation technologique sur un tel projet, comment se partager la tâche entre les différentes compétences nécessaires (techniques, scientifiques et intellectuelles, etc.) ?

Les communications devront s’intéresser à un fonds sonore, sa constitution, son histoire, les problématiques rencontrées (scientifiques, techniques ou autres), ainsi que sa place par rapport aux projets de recherche.

Fonds spécialisés et précieux : Comment ces fonds ont-ils été constitués, quelles sont leurs origines ? Comment ces fonds intègrent-ils l’histoire des études/recherches sur ce domaine ? Quel est la place de ces fonds dans les collections / la politique documentaire de l’établissement ?

Les présentations devront s’intéresser à une collection (monographique, cartographique, archivistique, manuscrit, littérature grise, collections atypiques tels que objets d’art ou ethnographiques, herbiers, os, feuilles de palme, etc.).

Les interventions ne devront pas dépasser les 25 minutes.

Merci d’adresser vos propositions d’intervention avant le 16 avril 2018 aux adresses suivantes : helene.poitevin-blanchard@ehess.fr ; maite.hurel@efeo.net ; dat-wei.lau@efeo.net

Appel à contributions DocAsie 2018

S’inscrire en ligne

Conférence de Julien Béal à Nice: “Le Japon de Meiji vu à travers la collection photographique du peintre Louis Dumoulin”

Le samedi 18 novembre 2017 à 14h30 à la BMVR-Bibliothèque Louis Nucera de Nice, Julien Béal, spécialiste du peintre et photographe Louis Dumoulin, présentera “Le Japon de Meiji vu à travers la collection photographique du peintre Louis Dumoulin”. Bibliothécaire à la bibliothèque universitaire Henri Bosco et responsable du fond patrimonial “Asemi” (fonds iconographiques et archives de l’Asie du sud-est), bon connaisseur de la langue et de la culture japonaise, Julien Béal fera découvrir ces images du Japon de la toute fin du XIXe siècle et montrera ce que ces vues anciennes (photographies prises par Louis Dumoulin et images achetées sur place comme des cartes postales) peuvent révéler de cette période historique pendant laquelle le Japon, jusque-là fermé, propose au monde une nouvelle “grande Découverte”.

Le Japon de Meiji dans la collection photographique du peintre Louis Dumoulin (1860-1924)

Après un premier article paru en 2016 présentant sa collection photographique de Chine, voici une nouvelle étude portant cette fois sur les clichés acquis ou pris au Japon par le peintre Louis Dumoulin.

Peintre officiel de la Marine et fondateur de la Société coloniale des artistes français, Louis-Jules Dumoulin a parcouru le monde et collecté de nombreuses photographies. En 1888-89, puis en 1897, il effectue deux missions officielles en Asie qui le conduiront à séjourner au Japon d’où il ramènera une collection de près de 800 clichés pris de sa main ou achetés sur place principalement dans les studios de Yokohama.

L’ article que je viens de déposer dans l’archive ouverte HAL vise à présenter cette collection et tente de reconstituer le parcours de Dumoulin au Japon et l’origine de ses photographies. Il s’interroge également sur le rôle qu’a joué le Japon et le Japonisme dans la vie et l’oeuvre de ce dernier.

PH110-32 : VIEW OF FISHING VILLAGE AT HONMOKU (n°547). Studio Kusakabe Kimbei,avant 1889. Epreuve à l’albumine sur papier, montage sur carton, porte au dos «Japon. Vue d’un village près d’Onmoku » (annotation de Louis Dumoulin au dos du montage). Université Nice Sophia Antipolis – Bibliothèques – Photothèque ASEMI, collection Louis Dumoulin (CC-BY)

De nombreuses hypothèses ont vu le jour lors de cette étude consacrée à un peintre dont le relatif anonymat actuel tranche avec la reconnaissance académique et la renommée dont il bénéficiait de son vivant. Il reste néanmoins de nombreuses recherches à mener pour parvenir à mieux saisir son rapport à la photographie et pour reconstituer le parcours de Dumoulin et comprendre vraiment les relations qu’il a pu avoir avec le Japon et l’influence qu’a exercé ce pays sur sa vie et son oeuvre.

Lien vers l’étude : https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01517490

Julien Béal
Université Côte d’Azur, CTEL

Appel à communications pour l’édition 2017 des Journées DocAsie

Appel à contributions pour les journées DocAsie 2017 : « Explorer et exposer : voyages, témoignages et objets documentaires. Autour des collections « asiatiques »

Date limite d’envoi des propositions d’interventions : avant  le 15 avril 2017, à l’adresse suivante : christophe.caudron@univ-amu.fr

Accédez à l’annonce en ligne : cliquez ici
Lieux : Maison Asie-Pacifique et MUCEM, Marseille
Dates : 21 au 23 juin 2017

Annonce et présentation :

De l’exploration à l’exposition : Témoignage des relations entre la France et l’Asie, résultat d’une « relation », d’un voyage, le document, de collections asiatiques, est ensuite « objectivé » pour devenir source d’exploration, objet d’études, objet conservé, élément constitutif d’une collection, et peut devenir ensuite objet d’exposition.

Les interventions devront s’intéresser à une collection ou à un document (monographique, cartographique, photographique, filmographique, archivistique, manuscrit ou de littérature grise, objets d’art ou ethnographiques), dans cette dimension objective et/ou muséale.

Les trois « étapes » exposées plus haut, constitutives de nos fonds documentaires, pourront être, ensemble ou séparément, la matière des présentations.

Comment une collection a-t-elle été constituée. Son origine est-elle un voyage, des voyages ? A-t-elle elle-même voyagé ? Quels témoignages donnent-t-elle des relations entre France et Asie ? Que différencie collections institutionnelles et privées ?

  • Qu’est-ce que la conservation des collections : ses aspects sémantiques (homogénéité ou non…, intégrité ou non…, pérennité des politiques documentaires…) ; ses aspects techniques (la conservation matérielle selon les types de documents)
  • Qu’est-ce qu’une collection de documents sources ? Des collections, des documents sont-ils devenus des objets d’études, en dehors de leurs contenus ?
  • Qu’est-ce que « faire parler » un document ? Qu’est-ce qu’exposer des documents ? Les multiples manières de les « mettre en scène » (expositions « réelles » / expositions virtuelles) pourront être traitées sous forme de retours d’expériences.
    Ces questions, destinées à guider les intervenants dans leur réflexion, ne peuvent qu’en amener d’autres.

Rappel : vos propositions d’interventions devront être envoyées avant le 15 avril 2017 à : christophe.caudron@univ-amu.fr

Groupe de recherches appliquées à la diffusion et la valorisation des collections remarquables de la BU Henri Bosco