Journée d’études : Programme

Représentations littéraires et artistiques de la femme japonaise depuis le milieu du XIXsiècle : entre fabrique d’images, stéréotypes, auto-exotisme et occidentalisation

Jeudi 16 mai 2019

Organisée par Naoko Tsuruki et Julien Béal

Université Côte d’Azur, Centre Transdisciplinaire d’Épistémologie de la Littérature et des Arts vivants, Nice

« Tout voyageur qui visite le Japon ne peut se soustraire au plaisir, je
dirais presque au devoir, de parler de la femme. On conçoit sans peine qu’il doit en être ainsi, parce que la Nipponne est le principal bibelot de ce joli pays », c’est en ces termes que s’exprime E. Cavaglion dans le récit de son tour du monde paru en 1894 (254 jours autour du monde, Paris, Hachette, 1894, p. 372). C’est indéniable, l’image des femmes japonaises durant la seconde partie du XIXe  siècle en France est très souvent réduite à la mousmé comme dans le théâtre animé proposé par le peintre Louis Jules Dumoulin (1860-1925) lors de l’Exposition universelle de 1900, au point souvent d’en gommer toutes les origines sociales des dites femmes comme dans le cas des prostitués japonaises en Indochine française entre 1880 et 1920. D’autres représentations, comme celle du peintre, caricaturiste et journaliste français Georges Ferdinand Bigot (1960-1927), résident durant deux décennies au Japon, sont, dans une veine humoristique, plus diverses et protéiformes.

Dans le courant du XXe, la puissance militaire du Japon et l’inquiétude qu’elle suscite en Occident déplace l’attention des voyageurs mais les femmes japonaises restent abondamment représentées à la fois par les voyageurs occidentaux mais aussi par les écrivains et artistes japonais eux-même. Ainsi, les caricatures de mœurs mettent sur le devant de la scène de nouvelles figures féminines. Ces femmes nouvelles, peuvent présenter une apparence physique très occidentalisée ou particulière comme la garçonne, mais elles deviennent surtout des figures plus combatives, plus engagées socialement.

Plus proche de nous, Carlotta Ikeda (1941-2014), danseuse moderne très présente sur la scène française, propose une image subversive inédite dans laquelle l’exotisme n’est pourtant pas absent.

Centrée sur l’image de la femme japonaise en Occident, cette journée d’étude s’inscrit dans une approche comparatiste sans limite géographique. les questionnements suivants seront au centre des interventions programmées :

– Existe-t-il une fonction diplomatique dans les représentations de la femme japonaise en Occident et quelles sont les significations et les finalités de celle-ci ?

– En quoi le lien entre le Japon et la femme japonaise s’avère-t-il étroit dans l’imaginaire occidental. Et comment cela se manifeste-t-il, depuis le XIXe siècle, dans les expressions artistiques ?

– L’image de la femme japonaise peut-elle être différente suivant le pays, la société, la période ou l’auteur ?

– Comment l’image de la nouvelle femme japonaise moderne occupe la littérature japonaise ?  Quels symboles peut-on y conférer par rapport aux mutations du pays ? L’émancipation ? L’indépendance ? La perdition ?

– Comment la femme occidentale était-elle perçue au Japon lors de la seconde moitié du XIXe siècle ? Comment cette perception a-t-elle évolué et quelles en furent les conséquences sur la société japonaise ?

– Comment l’image de la femme japonaise façonnée durant la seconde partie du XIXe siècle influe-t-elle sur la société japonaise actuelle ?

Avec la participation de Mesdames Christine Lévy, Sandra Schaal, Ayumi Ueda, Maëva Lamolière, et de Monsieur Frédéric Roustan.

Journée d’études – représentations des femmes japonaises -16 mai 2019 – Nice

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.