LA collection Louis J. Dumoulin à l’honneur

Le 24 novembre 2021, un personnage bien connu de la BU Henri Bosco, mais aujourd’hui pratiquement oublié du grand public, a été mis à l’honneur par la soutenance de la thèse de Julien Beal, notre bibliothécaire responsable de l’ASEMI jusqu’à la rentrée 2021, co-fondateur de GRADIVA, et membre du CTEL (Centre Transdisciplinaire d’Épistémologie de la Littérature et des arts vivants, UPR 6307).

Pour l’écouter et discuter de son travail, un jury international remarquable était réuni: M. Christophe Marquet, professeur d’histoire de l’art japonais et actuel directeur de l’École française d’Extrême-Orient, membre de l’Institut français de recherche sur l’Asie de l’Est; Mme Kazuko Iwamoto, professeure de littérature comparée à l’université de Kôbé, au Japon; M. Erkki Huhtamo, professeur d’histoire des médias à l’université de Californie Los Angeles (UCLA); M. Claude Estèbe, chercheur à l’Institut de français de recherche sur l’Asie de l’Est; et sa directrice de thèse, Odile Gannier, professeure de littérature comparée  à Université Côte d’Azur, CTEL, membre de GRADIVA. Grâce aux moyens maintenant éprouvés de la visioconférence, et grâce à leur bonne volonté pour se connecter à des heures variées et parfois très tardives, les membres du jury étaient répartis sur 17 fuseaux horaires!

La thèse de Julien Beal apporte un éclairage décisif sur ce personnage, qui était passé dans l’ombre de l’histoire de l’art. Mais c’était sans compter sur sur la curiosité de notre bibliothécaire travaillant jour après jour au milieu de collections remarquables qu’il souhaitait faire connaître: la BU Henri Bosco recèle en effet des documents uniques au monde qui attirent les chercheurs travaillant sur l’Asie du Sud-Est. Julien Beal s’est passionné pour l’un de ces fonds : un corpus de centaines de photographies du Japon. Ces documents ont été collectés entre 1888 et 1897 par l’artiste français durant ses trois voyages officiels en Extrême-Orient. Peintre officiel de la marine et fondateur de la société coloniale des artistes français, Louis Jules Dumoulin (1860-1924) n’avait jamais fait l’objet d’un travail universitaire de grande envergure en France ou à l’étranger. Quelques publications scientifiques sur des sujets connexes lui consacraient quelques lignes, mais aucune véritable recherche fondamentale n’avait été menée sur cet artiste pourtant très actif, premier peintre français à bénéficier d’une mission officielle l’envoyant au Japon en 1888, en pleine vogue du japonisme, reconnu de son vivant et jouissant d’une influence certaine.  Ses contemporains Georges Bigot et Félix Régamey, deux peintres français ayant voyagé et représenté le Japon à la même époque, sont aujourd’hui plus connus que lui : cette disparité méritait examen.

Entre 1888, date de son premier voyage au long cours et 1897, Dumoulin effectue deux missions officielles en Asie qui le conduiront à séjourner à trois reprises au Japon mais aussi dans plusieurs autres pays dont la Chine et surtout l’Indochine française, territoire qui fera de ce patriote un colonialiste convaincu et militant. Artiste prolifique, Dumoulin a livré de nombreux tableaux inspirés de ses voyages et exécutés à partir d’études in situ ou de modèles photographiques puisées dans sa riche collection personnelle. Bien qu’il soit l’un des premiers peintres français à avoir effectué le voyage jusqu’au Japon et en dépit de la grande quantité d’œuvres inspirées par ce pays dans sa production, il reste, dans le peu de notoriété que lui accorde l’histoire de l’art, exclusivement un peintre colonial.

Fruit de recherches fondamentales au sujet d’un personnage très peu étudié, la thèse s’appuie sur des documents d’époque mais aussi sur des sources primaires inédites dont la collection photographique de plus d’un millier de clichés acquis ou pris par Dumoulin et annotés de sa main, afin d’interroger le rôle qu’a joué l’Extrême-Orient et plus particulièrement le Japon dans la vie et l’œuvre de cet artiste et sa place dans le japonisme de la fin du XIXe siècle. Le travail de thèse a consisté d’une part dans l’élaboration d’une biographie détaillée de Dumoulin, qui n’avait jamais été faite, en particulier grâce à un dépouillement systématique de la presse publiée du vivant de l’artiste ; d’autre part la thèse propose un catalogue aussi exhaustif que possible de ses œuvres picturales ; enfin, l’essentiel du travail contextualise et analyse  ses œuvres, et la manière dont le peintre s’est inspiré des photographies (achetées sur place, les « Yokohama shashin », ou réalisées par le voyageur lui-même)  pour réaliser ses tableaux, dont la spécificité est entre autres l’élaboration de « panoramas », comme celui de la bataille de Waterloo, celui de la guerre sino-japonaise, ou le “panorama du Tour du monde” pour l’exposition universelle de 1900 : lors de cette manifestation, il avait fait même venir une troupe de geishas pour animer les décors peints. Enfin, Dumoulin s’était aussi essayé à la rédaction d’articles de journaux, sous son nom ou sous un pseudonyme, dont la thèse reproduit quelques spécimens. L’ensemble donne un aperçu cohérent et éclairant sur l’attrait pour l’Extrême-Orient au tournant du siècle et son influence sur l’histoire de l’art de l’époque.

Au nom de la collectivité universitaire et des chercheurs, GRADIVA et ses membres sont heureux de féliciter Julien Beal pour cette belle thèse qui servira de référence solide tant sur Louis Jules Dumoulin que sur les pratiques artistiques  des peintres-photographes voyageurs; et surtout de le remercier pour tout le travail mené pour la valorisation des collections.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.