Tous les articles par Odile Gannier

LA collection Louis J. Dumoulin à l’honneur

Le 24 novembre 2021, un personnage bien connu de la BU Henri Bosco, mais aujourd’hui pratiquement oublié du grand public, a été mis à l’honneur par la soutenance de la thèse de Julien Beal, notre bibliothécaire responsable de l’ASEMI jusqu’à la rentrée 2021, co-fondateur de GRADIVA, et membre du CTEL (Centre Transdisciplinaire d’Épistémologie de la Littérature et des arts vivants, UPR 6307).

Pour l’écouter et discuter de son travail, un jury international remarquable était réuni: M. Christophe Marquet, professeur d’histoire de l’art japonais et actuel directeur de l’École française d’Extrême-Orient, membre de l’Institut français de recherche sur l’Asie de l’Est; Mme Kazuko Iwamoto, professeure de littérature comparée à l’université de Kôbé, au Japon; M. Erkki Huhtamo, professeur d’histoire des médias à l’université de Californie Los Angeles (UCLA); M. Claude Estèbe, chercheur à l’Institut de français de recherche sur l’Asie de l’Est; et sa directrice de thèse, Odile Gannier, professeure de littérature comparée  à Université Côte d’Azur, CTEL, membre de GRADIVA. Grâce aux moyens maintenant éprouvés de la visioconférence, et grâce à leur bonne volonté pour se connecter à des heures variées et parfois très tardives, les membres du jury étaient répartis sur 17 fuseaux horaires!

La thèse de Julien Beal apporte un éclairage décisif sur ce personnage, qui était passé dans l’ombre de l’histoire de l’art. Mais c’était sans compter sur sur la curiosité de notre bibliothécaire travaillant jour après jour au milieu de collections remarquables qu’il souhaitait faire connaître: la BU Henri Bosco recèle en effet des documents uniques au monde qui attirent les chercheurs travaillant sur l’Asie du Sud-Est. Julien Beal s’est passionné pour l’un de ces fonds : un corpus de centaines de photographies du Japon. Ces documents ont été collectés entre 1888 et 1897 par l’artiste français durant ses trois voyages officiels en Extrême-Orient. Peintre officiel de la marine et fondateur de la société coloniale des artistes français, Louis Jules Dumoulin (1860-1924) n’avait jamais fait l’objet d’un travail universitaire de grande envergure en France ou à l’étranger. Quelques publications scientifiques sur des sujets connexes lui consacraient quelques lignes, mais aucune véritable recherche fondamentale n’avait été menée sur cet artiste pourtant très actif, premier peintre français à bénéficier d’une mission officielle l’envoyant au Japon en 1888, en pleine vogue du japonisme, reconnu de son vivant et jouissant d’une influence certaine.  Ses contemporains Georges Bigot et Félix Régamey, deux peintres français ayant voyagé et représenté le Japon à la même époque, sont aujourd’hui plus connus que lui : cette disparité méritait examen.

Entre 1888, date de son premier voyage au long cours et 1897, Dumoulin effectue deux missions officielles en Asie qui le conduiront à séjourner à trois reprises au Japon mais aussi dans plusieurs autres pays dont la Chine et surtout l’Indochine française, territoire qui fera de ce patriote un colonialiste convaincu et militant. Artiste prolifique, Dumoulin a livré de nombreux tableaux inspirés de ses voyages et exécutés à partir d’études in situ ou de modèles photographiques puisées dans sa riche collection personnelle. Bien qu’il soit l’un des premiers peintres français à avoir effectué le voyage jusqu’au Japon et en dépit de la grande quantité d’œuvres inspirées par ce pays dans sa production, il reste, dans le peu de notoriété que lui accorde l’histoire de l’art, exclusivement un peintre colonial.

Fruit de recherches fondamentales au sujet d’un personnage très peu étudié, la thèse s’appuie sur des documents d’époque mais aussi sur des sources primaires inédites dont la collection photographique de plus d’un millier de clichés acquis ou pris par Dumoulin et annotés de sa main, afin d’interroger le rôle qu’a joué l’Extrême-Orient et plus particulièrement le Japon dans la vie et l’œuvre de cet artiste et sa place dans le japonisme de la fin du XIXe siècle. Le travail de thèse a consisté d’une part dans l’élaboration d’une biographie détaillée de Dumoulin, qui n’avait jamais été faite, en particulier grâce à un dépouillement systématique de la presse publiée du vivant de l’artiste ; d’autre part la thèse propose un catalogue aussi exhaustif que possible de ses œuvres picturales ; enfin, l’essentiel du travail contextualise et analyse  ses œuvres, et la manière dont le peintre s’est inspiré des photographies (achetées sur place, les « Yokohama shashin », ou réalisées par le voyageur lui-même)  pour réaliser ses tableaux, dont la spécificité est entre autres l’élaboration de « panoramas », comme celui de la bataille de Waterloo, celui de la guerre sino-japonaise, ou le “panorama du Tour du monde” pour l’exposition universelle de 1900 : lors de cette manifestation, il avait fait même venir une troupe de geishas pour animer les décors peints. Enfin, Dumoulin s’était aussi essayé à la rédaction d’articles de journaux, sous son nom ou sous un pseudonyme, dont la thèse reproduit quelques spécimens. L’ensemble donne un aperçu cohérent et éclairant sur l’attrait pour l’Extrême-Orient au tournant du siècle et son influence sur l’histoire de l’art de l’époque.

Au nom de la collectivité universitaire et des chercheurs, GRADIVA et ses membres sont heureux de féliciter Julien Beal pour cette belle thèse qui servira de référence solide tant sur Louis Jules Dumoulin que sur les pratiques artistiques  des peintres-photographes voyageurs; et surtout de le remercier pour tout le travail mené pour la valorisation des collections.

 

Actualité scientifique

Un gros travail a été réalisé dans les derniers mois (par Julien Beal en particulier) pour lancer la Bibliothèque numérique Côte d’Azur. Mener à bien ce projet a permis de faire passer d’un catalogage classique à une encyclopédie en ligne, HUM@AZUR. Le projet “ASEMI-NUM” a été le moteur de cette transformation très positive pour l’établissement, qui s’est engagé en faveur du projet,  et pour la visibilité de ses “collections remarquables”: ce qui n’était pas visible, ou difficilement, devient accessible urbi et orbi et fait découvrir une véritable mine de documents et d’informations ! Gallica et Isidore moissonnent désormais nos ressources… Nous voilà maintenant au coeur d’une véritable toile dans laquelle il devient passionnant de passer d’un point à un autre.

Grâce au “web sémantique”,  l’objectif est réussi de décloisonner et produire des données nouvelles.

 

Autour d’Henri Bosco : voyageurs et expatriés en Afrique du Nord, textes et images:

11 juin 2021, BU Henri Bosco / CTEL

Journée d’étude organisée par Toufik HADJI,
doctorant en littérature générale et comparée, Université Côte d’Azur, CTEL

Autour d’une exposition sur “Bosco au Maroc” (collections patrimoniales de la BU Henri Bosco), préparée par Angela Maffre

S’évader pour quelques jours, pour quelques mois, voire pour quelques années, ou tout simplement partir, enfin, vagabonder, a toujours séduit les voyageurs occidentaux, « peut-être curieux ? ». L’Afrique du Nord qu’a connue Henri Bosco – le Maghreb (ou même la Berbérie d’antan ?) – semble avoir été une destination déjà prisée par les artistes dits « orientalistes » à partir du XIXe siècle. Comme Henri Bosco (1888-1976) qui résida au Maroc de 1931 à 1955, y enseigna jusqu’à la fin de la guerre, y écrivit la majeure partie de son œuvre  tout en faisant de nombreux voyages en Algérie et Tunisie, Louis Riou (1893-1958) a vécu au Maroc de 1931 à 1945 : il y devient même professeur de dessin. Raconter donc son séjour coïncide avec son besoin intérieur. L’écrivain assoiffé et émerveillé ne se limite pas seulement à l’écriture : il va relier l’écriture et l’image. L’image vient, par conséquent, faciliter la transmission et pourrait éclairer des récits écrits potentiellement incompréhensibles pour le public. Mais en analysant des récits de voyage en Afrique du Nord, on s’aperçoit qu’on ne peut se contenter de ne parler que de l’orientalisme, entre le XIXe et le XXe siècle. Quelle évolution a-t-elle eu lieu entre les œuvres d’Eugène Delacroix (dont les croquis de voyage sur le Maroc en 1832 sont soigneusement conservés au musée du Louvre) et celles d’Henri Bosco (dont les dessins et photographies sont déposés dans les fonds patrimoniaux de la bibliothèque universitaire de la faculté de lettres, Université Côte d’Azur) ? Comment le cliché a-t-il changé ? Si Henri Bosco décrit par exemple dans Des Sables à la mer [1950] ce qu’il voit du Maroc, il ne cherche pas forcément à commercialiser ses œuvres ni à s’inscrire dans le mouvement orientaliste. La passion de l’écrivain voyageur ou expatrié pour l’art de la photographie, du dessin, de la peinture et de l’aquarelle nous rappelle qu’il existe un autre désir de réappropriation du réel, et que ce même voyageur cherche finalement à exprimer cette réalité avec ses propres moyens. Comment les voyageurs de cette génération du premier XXe siècle, comme Bosco, ont-ils cherché à rendre compte du pays qu’ils voyaient ? Comment l’image s’est-elle glissée devant le texte, la photo devant l’aquarelle ? Comment la description du pays peut-elle se réaliser en dehors de l’expression des sensations personnelles, pour atteindre une forme dépouillée de l’objectivité photographique, même par l’écrit ? Bosco est-il comparable à d’autres écrivains-voyageurs de sa génération ? Quels rapports a-t-il entretenus avec eux (Riou, …) ? Comment l’image du pays change-t-elle pour le voyageur d’occasion et le résident au long terme, comme l’a été Bosco au Maroc ? Pour répondre à ces questions sur la relation entre texte et image dans le récit de voyage français en Afrique du Nord, on pourra se détacher du « je » traditionnel, sans le négliger, pour évoquer un « nous » exprimé sur l’image, puisque le voyageur relate aussi une histoire « im-personnelle ».  

Pour suivre les travaux à distance: lien zoom de la journée

 

Panaït Istrati et Nice

Lorsque Panaït Istrati arrive pour la première fois à Nice à l’automne 1920, c’est un homme de 37 ans brisé physiquement et moralement, déjà presque “un vaincu” [1] qui aborde sur le rivage de la Baie des Anges. A Paris, où il a séjourné quelques mois, il a souffert de l’isolement affectif et intellectuel auquel sa situation d’ouvrier étranger l’avait réduit, aussi pense-t-il se ressourcer sur les bords de sa chère Méditerranée, sûr en outre de trouver du travail dans la capitale de la Côte d’Azur. Malheureusement, il ne lui faut pas longtemps pour s’apercevoir qu’en dépit du doux soleil de la riviera, rien ne s’améliore pour lui, bien au contraire. D’abord parce que toutes ses tentatives pour trouver du travail restent désespérément vaines, épreuve douloureuse qui le marquera durablement comme en témoignent ces lignes :

                             “Je ne puis pas oublier qu’à Nice, il y a six ans, en plein Occident civilisé, j’ai frappé à toutes les portes pour m’offrir à exécuter les travaux les plus humbles contre, au moins, un morceau de pain et un abri, sans aucun salaire, et que je n’ai pas trouvé d’embauche.”[2] Continuer la lecture de Panaït Istrati et Nice

Conférence de Julien Béal à Nice: “Le Japon de Meiji vu à travers la collection photographique du peintre Louis Dumoulin”

Le samedi 18 novembre 2017 à 14h30 à la BMVR-Bibliothèque Louis Nucera de Nice, Julien Béal, spécialiste du peintre et photographe Louis Dumoulin, présentera “Le Japon de Meiji vu à travers la collection photographique du peintre Louis Dumoulin”. Bibliothécaire à la bibliothèque universitaire Henri Bosco et responsable du fond patrimonial “Asemi” (fonds iconographiques et archives de l’Asie du sud-est), bon connaisseur de la langue et de la culture japonaise, Julien Béal fera découvrir ces images du Japon de la toute fin du XIXe siècle et montrera ce que ces vues anciennes (photographies prises par Louis Dumoulin et images achetées sur place comme des cartes postales) peuvent révéler de cette période historique pendant laquelle le Japon, jusque-là fermé, propose au monde une nouvelle “grande Découverte”.

Appel à communications pour l’édition 2017 des Journées DocAsie

Appel à contributions pour les journées DocAsie 2017 : « Explorer et exposer : voyages, témoignages et objets documentaires. Autour des collections « asiatiques »

Date limite d’envoi des propositions d’interventions : avant  le 15 avril 2017, à l’adresse suivante : christophe.caudron@univ-amu.fr

Accédez à l’annonce en ligne : cliquez ici
Lieux : Maison Asie-Pacifique et MUCEM, Marseille
Dates : 21 au 23 juin 2017

Annonce et présentation :

De l’exploration à l’exposition : Témoignage des relations entre la France et l’Asie, résultat d’une « relation », d’un voyage, le document, de collections asiatiques, est ensuite « objectivé » pour devenir source d’exploration, objet d’études, objet conservé, élément constitutif d’une collection, et peut devenir ensuite objet d’exposition.

Les interventions devront s’intéresser à une collection ou à un document (monographique, cartographique, photographique, filmographique, archivistique, manuscrit ou de littérature grise, objets d’art ou ethnographiques), dans cette dimension objective et/ou muséale.

Les trois « étapes » exposées plus haut, constitutives de nos fonds documentaires, pourront être, ensemble ou séparément, la matière des présentations.

Comment une collection a-t-elle été constituée. Son origine est-elle un voyage, des voyages ? A-t-elle elle-même voyagé ? Quels témoignages donnent-t-elle des relations entre France et Asie ? Que différencie collections institutionnelles et privées ?

  • Qu’est-ce que la conservation des collections : ses aspects sémantiques (homogénéité ou non…, intégrité ou non…, pérennité des politiques documentaires…) ; ses aspects techniques (la conservation matérielle selon les types de documents)
  • Qu’est-ce qu’une collection de documents sources ? Des collections, des documents sont-ils devenus des objets d’études, en dehors de leurs contenus ?
  • Qu’est-ce que « faire parler » un document ? Qu’est-ce qu’exposer des documents ? Les multiples manières de les « mettre en scène » (expositions « réelles » / expositions virtuelles) pourront être traitées sous forme de retours d’expériences.
    Ces questions, destinées à guider les intervenants dans leur réflexion, ne peuvent qu’en amener d’autres.

Rappel : vos propositions d’interventions devront être envoyées avant le 15 avril 2017 à : christophe.caudron@univ-amu.fr

L’Institut Confucius Côte d’Azur (ICCA)

Les Instituts Confucius, à l’image des Instituts Français et Italiens, des Instituts Cervantès pour l’Espagne ou encore des Instituts Goethe pour l’Allemagne, sont des outils pour diffuser et promouvoir l’enseignement du chinois et la culture chinoise.

Nouvellement créé à Nice grâce à un partenariat entre l’Université Nice Sophia Antipolis et l’Université de Tianjin, l’Institut Confucius Côte d’Azur (ICCA) est un emblème de la culture chinoise dans la région.

Ouvert à tous les publics, il propose d’accéder à l’apprentissage de la langue et de la culture chinoises.

Au-delà de ces deux objectifs, l’ICCA est une plateforme de coopération au service de l’Enseignement supérieur et de la Recherche et des entreprises, participant ainsi au développement économique et aux échanges entre la Chine et la Côte d’Azur.

Parmi ses autres missions, l’ICCA souhaite renforcer la coopération universitaire ainsi que le lien entre entreprises azuréennes et chinoises.

L’ICCA a notamment pour objectif de jouer un rôle majeur dans la formation continue des professionnels notamment du secteur touristique.

L’ICCA se veut aussi un lieu de vie et de rencontres capable de fédérer les associations et groupes de personnes oeuvrant déjà à Nice et d’attirer largement.

Depuis sa création en novembre 2016, l’ICCA a déjà organisé des conférences sur les thèmes de la médecine traditionnelle chinoise, les écrivains chinois lauréats du Prix Nobel de littérature et un concert de musique chinoise.

D’autres conférences sont programmées pour 2017 et porteront sur des sujets aussi variés que Confucius, le cinéma et la peinture traditionnelle.

Les collections du fonds ASEMI (Asie du Sud-Est et Monde Insulindien) intéressent particulièrement l’ICCA et notamment la collection de photographies anciennes de Chine (1870-1904) du peintre Louis-Jules Dumoulin.

Hommage à Henri Maccheroni (1932-2016)

Henri Maccheroni, artiste au cœur de la littérature, est mort le 25 mai 2016 à Nice.

Niçois, profondément niçois, et fier que sa famille y soit installée depuis cinq générations, Henri Maccheroni a naturellement choisi d’y être enterré, d’y rester, après y avoir marqué à tout jamais le monde de la culture. Dans sa maison des hauteurs de Cimiez, il vous invitait naturellement sur sa terrasse ombragée à partager un verre, un repas, des anecdotes bravaches, anodines, historiques ou des propos sur son art, sur l’art, sur la poésie, sur Nice, sur le monde d’hier et d’aujourd’hui…

La bibliothèque accueille depuis 1979 un fonds comprenant des œuvres originales, affiches, œuvres graphiques, des livres et des articles. Depuis 2014, l’enrichissement du fonds avait repris avec des dons d’articles critiques, de livres. Ce fonds reflète évidemment son activité artistique, mais aussi la vitalité artistique de la ville de Nice. Le fonds Henri Maccheroni est décrit dans le catalogue Calames.

L’histoire artistique d’Henri a donc commencé à Nice, dans le Club des jeunes créé par les poètes Robert Rovini, Paul Mari et René de Cugis. Le Club des Jeunes, rencontres poétiques (dans sa première version, celle qui s’éteint en 1953, avant la version de l’Ecole de Nice), qui se réunit au Ballon d’Alsace, restaurant situé à l’angle de la rue Gioffredo et de la place Massena, c’est le lieu de la passion, de l’échange non-conformiste autour de la poésie, de la création. En 1958, il retrouve Robert Rovini qu’il accompagnera jusqu’à sa mort en 1968, période où en parallèle, ou alors en conséquence, Henri Maccheroni s’engage fermement sur sa voiede peintre. En 1963, Henri Maccheroni présente sa première exposition, à Rome, avec sa série des Mondes inachevés.
Continuer la lecture de Hommage à Henri Maccheroni (1932-2016)

La collection photographique sur la Chine du peintre Louis Dumoulin (1860-1924)

Peintre officiel du Ministère de la Marine, auteur du panorama du tour du monde lors de l’exposition universelle de Paris en 1900, commissaire de l’exposition coloniale de Marseille en 1906, fondateur et longtemps président de la Société coloniale des artistes français, Louis-Jules Dumoulin était un personnage bien ancré dans les milieux coloniaux de la Troisième République française et  son influence dans le monde de l’art de l’époque n’avait rien d’anodin.

Pourtant, force est de constater qu’aujourd’hui, les tableaux de ce peintre, considéré comme un maitre du panorama, sont plutôt conservés dans les réserves des musées qu’exposés dans leurs collections permanentes…

De la même façon, sa riche collection photographique, conservée pour la partie Asie à la Bibliothèque de l’Université Nice Sophia Antipolis (et pour une petite partie au Musée Guimet) est  largement méconnue et très peu étudiée.

GRADIVA vise notamment à combler cette lacune en fédérant et en publiant selon les principes de l’Open access un maximum de recherches sur cette collection remarquable et sur Dumoulin lui-même.

L’article que nous vous présentons ici dans sa version française (il a été publié en octobre 2016 en chinois dans le 21ème numéro de  漢學研究 = Chinese studies. ISBN 978-7-5077-5114-7. pp. 212-219) est donc, nous l’espérons, le premier d’une longue série.

PH92-22 : Mandarin's sedan chair, Peking. Thomas Child, photographie prise entre 1870 et 1890. Epreuve à l’albumine sur papier, montage sur carton, porte au dos « Chaise à porteurs pour les mandarins » (annotation de Louis Dumoulin au dos du montage)
PH92-22 : Mandarin’s sedan chair, Peking. Thomas Child, photographie prise entre 1870 et 1890. Epreuve à l’albumine sur papier, montage sur carton, porte au dos « Chaise à porteurs pour les mandarins » (annotation de Louis Dumoulin au dos du montage)

Outre une présentation générale de la collection, vous y découvrirez les deux voyages en Chine de Louis Dumoulin (en 1888-89, puis en 1897) et les quelques 300 clichés pour la plupart achetés sur place, qu’il a ramenés en France. Cet article tente également de reconstituer le parcours de Dumoulin en Chine et l’origine de ses photographies.

Julien Béal
Université Nice Sophia Antipolis
Laboratoire CTEL
Accès à l’article :

 

Henri Bosco à l’honneur à la “Journée du Luberon 2016”

Le 22 octobre prochain, à Lourmarin, la Journée du Luberon consacre conférences, tables rondes, rencontres et débats à l’écrivain Henri Bosco.

Le programme disponible sur le site de l’Association des Amis d’Henri Bosco se concentre sur le rapport d’Henri Bosco au Luberon, à la Provence et au monde, avec la projection du film de Robert Ytier “Henri Bosco et l’amour de la vie” et des interventions des spécialistes mondiaux de l’écrivain : Sandra Beckett, Université d’Ontario, Benoît Neiss, Université de Strasbourg, Alain Tassel, Université Nice Sophia Antipolis, et Christian Morzewski, Université d’Artois, directeur de rédaction des Cahiers Henri Bosco.

 

GRADIVA

GRADIVA (Groupe de Recherches Appliquées à la DIffusion et la VAlorisation des collections remarquables de la BU Henri BOSCO) est un groupement de chercheurs issus de différentes disciplines et structures de recherches de l’Université Côté d’Azur (UCA).

Les activités du groupe de travail « Gradiva » visent à l’exploitation et la mise en valeur des collections remarquables de la BU Henri Bosco sous diverses thématiques par les enseignants, les chercheurs et enseignants-chercheurs et les étudiants, et à sa visibilité non seulement au sein de I’UCA mais aussi en France et à l’étranger. (voir liste des principales collections concernées sur : http://bibliotheque.unice.fr/ressources/presentation-des-ressources/les-collections-remarquables).

La structure offre aux chercheurs ou futurs chercheurs de I’UNS, ou d’autres universités par la cotutelle, la possibilité de travailler en particulier à partir des sources primaires conservées dans les ensembles documentaires susnommés pas ou peu encore exploitées par la Recherche (archives et bibliothèques personnelles d’écrivains et d’intellectuels, photographies et cartes anciennes sur l’Asie en provenance notamment de l’ancien Musée des colonies). Envisagé comme une plateforme d’accès à la recherche et comme une pépinière de projets collaboratifs, GRADIVA a déjà tissé des partenariats scientifiques et culturels locaux (partenaires de l’UCA, BMVR de Nice, Musée départementale des Arts asiatiques), nationaux (Réseau national DocAsie, Réseau Calames, Maison Asie Pacifique de AMU, BnF, Musée Guimet, Amitié Henri Bosco, Association des amis de Panaït-Istrati) et internationaux (Université de Nagasaki au Japon, Université de Nanjing en Chine, Université de Bucarest en Roumanie) .

Ce carnet vise à mettre en lumière les travaux de GRADIVA et des ensembles documentaires uniques en vue d’initier des projets scientifiques et culturels collaboratifs et dans la mesure du possible selon les principes de l’Open Access et du Web sémantique afin de stimuler la Recherche et l’exploitation de collections. Ce carnet sur hypothèses.org permettra notamment de diffuser largement auprès de la communauté universitaire nationale (voire internationale) des informations sur les activités et les publications des membres et partenaires de GRADIVA, de présenter les collections remarquables et de lancer des appels à projets collaboratifs (colloques, expositions, thèses en cotutelle, publications collectives, enrichissement de métadonnées pour les projets de numérisation des collections…)