Tous les articles par Julien Beal

Journée d’études : Programme

Représentations littéraires et artistiques de la femme japonaise depuis le milieu du XIXsiècle : entre fabrique d’images, stéréotypes, auto-exotisme et occidentalisation

Jeudi 16 mai 2019

Organisée par Naoko Tsuruki et Julien Béal

Université Côte d’Azur, Centre Transdisciplinaire d’Épistémologie de la Littérature et des Arts vivants, Nice

« Tout voyageur qui visite le Japon ne peut se soustraire au plaisir, je
dirais presque au devoir, de parler de la femme. On conçoit sans peine qu’il doit en être ainsi, parce que la Nipponne est le principal bibelot de ce joli pays », c’est en ces termes que s’exprime E. Cavaglion dans le récit de son tour du monde paru en 1894 (254 jours autour du monde, Paris, Hachette, 1894, p. 372). C’est indéniable, l’image des femmes japonaises durant la seconde partie du XIXe  siècle en France est très souvent réduite à la mousmé comme dans le théâtre animé proposé par le peintre Louis Jules Dumoulin (1860-1925) lors de l’Exposition universelle de 1900, au point souvent d’en gommer toutes les origines sociales des dites femmes comme dans le cas des prostitués japonaises en Indochine française entre 1880 et 1920. D’autres représentations, comme celle du peintre, caricaturiste et journaliste français Georges Ferdinand Bigot (1960-1927), résident durant deux décennies au Japon, sont, dans une veine humoristique, plus diverses et protéiformes.

Dans le courant du XXe, la puissance militaire du Japon et l’inquiétude qu’elle suscite en Occident déplace l’attention des voyageurs mais les femmes japonaises restent abondamment représentées à la fois par les voyageurs occidentaux mais aussi par les écrivains et artistes japonais eux-même. Ainsi, les caricatures de mœurs mettent sur le devant de la scène de nouvelles figures féminines. Ces femmes nouvelles, peuvent présenter une apparence physique très occidentalisée ou particulière comme la garçonne, mais elles deviennent surtout des figures plus combatives, plus engagées socialement.

Plus proche de nous, Carlotta Ikeda (1941-2014), danseuse moderne très présente sur la scène française, propose une image subversive inédite dans laquelle l’exotisme n’est pourtant pas absent.

Centrée sur l’image de la femme japonaise en Occident, cette journée d’étude s’inscrit dans une approche comparatiste sans limite géographique. les questionnements suivants seront au centre des interventions programmées :

– Existe-t-il une fonction diplomatique dans les représentations de la femme japonaise en Occident et quelles sont les significations et les finalités de celle-ci ?

– En quoi le lien entre le Japon et la femme japonaise s’avère-t-il étroit dans l’imaginaire occidental. Et comment cela se manifeste-t-il, depuis le XIXe siècle, dans les expressions artistiques ?

– L’image de la femme japonaise peut-elle être différente suivant le pays, la société, la période ou l’auteur ?

– Comment l’image de la nouvelle femme japonaise moderne occupe la littérature japonaise ?  Quels symboles peut-on y conférer par rapport aux mutations du pays ? L’émancipation ? L’indépendance ? La perdition ?

– Comment la femme occidentale était-elle perçue au Japon lors de la seconde moitié du XIXe siècle ? Comment cette perception a-t-elle évolué et quelles en furent les conséquences sur la société japonaise ?

– Comment l’image de la femme japonaise façonnée durant la seconde partie du XIXe siècle influe-t-elle sur la société japonaise actuelle ?

Avec la participation de Mesdames Christine Lévy, Sandra Schaal, Ayumi Ueda, Maëva Lamolière, et de Monsieur Frédéric Roustan.

Journée d’études – représentations des femmes japonaises -16 mai 2019 – Nice

Journée d’études : Appel à communications

Représentations littéraires et artistiques de la femme japonaise depuis le milieu du XIXsiècle : entre fabrique d’images, stéréotypes, auto-exotisme et occidentalisation

Jeudi 16 mai 2019

Organisée par Naoko Tsuruki et Julien Béal

Université Côte d’Azur, Centre Transdisciplinaire d’Épistémologie de la Littérature et des Arts vivants, Nice

            Date anniversaire du début de l’ère Meiji (1868-1912) mais aussi des relations diplomatiques entre le Japon et la France, 2018 était une année propice aux commémorations officielles.  Pourtant, si de nombreux événements ont eu lieu au Japon, il n’y a pas eu à proprement parler de programme d’ampleur nationale, trahissant l’absence de consensus,cent-cinquante ans plus tard, sur l’importance de l’ère Meiji et sur sa signification historique. En France, c’est sous l’appellation « Japonismes2018 » que se sont déroulées des commémorations non pas centrées sur l’avènement de l’ère Meiji, mais sur la célébration du premier traité d’amitiés signé entre les deux pays en 1858. Nostalgie d’un Japon ancien englouti par la modernité, fascination pour le samourai, l’estampe, la geisha… C’est sous le signe des japonismes de la seconde partie du XIXe siècle en Europe, et surtout à Paris que se sont placés la plupart des événements culturels en 2018. Le discours s’efforce,en l’occurrence, de mettre en exergue la fascination et l’admiration esthétique et artistique des Français pour la culture japonaise traditionnelle, « produit d’un héritage ancien », d’un exotisme de bon goût d’autant plus digne d’intérêt que la modernité semble en passe de l’engloutir.

            Toutes proportions gardées, Paris s’est offert sous certains aspects une réédition du pavillon japonais de l’Exposition universelle de 1867. La geisha notamment marqua durablement les spectateurs jusqu’à devenir un symbole puissant d’un Japon que la majorité des Français découvraient alors pour la première fois.Mise en scène pour son potentiel d’attractivité, la geisha devient surtout l’image de la femme japonaise en Occident jusqu’à en faire oublier son métier : celui de pratiquer les arts traditionnels pour accompagner et divertir une clientèle aisée et principalement masculine. L’estampe, puis la photographie, créées au Japon et diffusées en Occident alimentent, de manière souvent intentionnelle, cet amalgame. Le succès populaire deux décennies plus tard de Madame Chrysanthème de Pierre Loti, témoigne de l’ancrage des stéréotypes liés à la femme japonaise et apporte par la même occasion une contribution significative au renforcement de ces derniers.

A côté de cette figure «exotique » entretenue par le Japon lui-même vis-à-vis du monde extérieur, les dirigeants politiques et la nouvelle noblesse japonaise montrent à la nation ce que doit être la modernité et le progrès. Le fait de s’habiller, de manger à l’occidentale et d’apprendre les langues occidentales se dote alors d’un sens d’émancipation et d’indépendance encore plus fort pour la Japonaise que pour le Japonais. Dès lors, on voit s’esquisser, au Japon principalement, l’image d’une nouvelle femme japonaise moderne de la fin du XIXe au début du XXesiècle.

            Notre journée d’étude prend sa source dans les faits historiques décrits brièvement ci-avant, et s’intéresse au domaine de l’imaginaire et de l’expression, en même temps qu’à la question, toujours actuelle, de l’émancipation de la femme dans le monde moderne et contemporain.  Centrée sur l’image de la femme japonaise en Occident mais aussi sur celle de la femme occidentale au Japon, cette journée d’étude s’inscrit dans une approche comparatiste sans limite géographique mais avec une préférence pour les communications liées aux relations franco-japonaises depuis le XIXe siècle jusqu’à nos jours.

Les propositions pourront s’articuler autour des questionnements suivants :

– Existe-t-il une fonction diplomatique dans les représentations de la femme japonaise en Occident et quelles sont les significations et les finalités de celle-ci ?

– En quoi le lien entre le Japon et la femme japonaise s’avère-t-il étroit dans l’imaginaire occidental. Et comment cela se manifeste-t-il, depuis le XIXe siècle, dans les expressions artistiques ?

– L’image de la femme japonaise peut-elle être différente suivant le pays, la société, la période ou l’auteur ?

– Comment l’image de la nouvelle femme japonaise moderne occupe la littérature japonaise ?  Quels symboles peut-on y conférer par rapport aux mutations du pays ? L’émancipation? L’indépendance ? La perdition ?

– Comment la femme occidentale était-elle perçue au Japon lors de la seconde moitié du XIXe siècle ? Comment cette perception a-t-elle évolué et quelles en furent les conséquences sur la société japonaise ?

– Comment l’image de la femme japonaise façonnée durant la seconde partie du XIXe siècle influe-t-elle sur la société japonaise actuelle ?

Ces pistes de réflexions ne sont aucunement exhaustives. Si les communications comparatistes sont souhaitées, cette journée d’étude n’assigne pas de limites disciplinaires à l’intérieur des champs artistiques (Beaux-Arts, arts décoratifs, arts vivants,musique, cinéma, photographie…) et littéraires (y compris la littérature populaire).

La durée des communications est fixée à 30 minutes. Du temps sera consacré aux questions et d’échanges avec le public. Les actes seront publiés dans la revue scientifique en libre accès Loxias.

 Modalités de soumission des propositions et calendrier :

Les propositions de communications en français ou japonais (500 mots maximum) ainsi qu’une courte bio-bibliographie sont à adresser conjointement à jejapon2019@univ-cotedazur.fr avant le 1er février 2019.

Les décisions du comité scientifique sur les propositions seront communiquées courant février2019.

Appel à contributions “Journées DocAsie 2018”

Les fonds sonores et les fonds spécialisés et précieux sur l’Asie
20-22 juin 2018, Maison de l’Asie, Paris

Les fonds sonores sur l’Asie : Comment constituer un fonds sonore ? Quelles sont les spécificités de la gestion d’un fonds aussi particulier ? Quelles sont les composantes à valoriser et à mettre en avant dans ce travail ? Quel est le rôle de l’innovation technologique sur un tel projet, comment se partager la tâche entre les différentes compétences nécessaires (techniques, scientifiques et intellectuelles, etc.) ?

Les communications devront s’intéresser à un fonds sonore, sa constitution, son histoire, les problématiques rencontrées (scientifiques, techniques ou autres), ainsi que sa place par rapport aux projets de recherche.

Fonds spécialisés et précieux : Comment ces fonds ont-ils été constitués, quelles sont leurs origines ? Comment ces fonds intègrent-ils l’histoire des études/recherches sur ce domaine ? Quel est la place de ces fonds dans les collections / la politique documentaire de l’établissement ?

Les présentations devront s’intéresser à une collection (monographique, cartographique, archivistique, manuscrit, littérature grise, collections atypiques tels que objets d’art ou ethnographiques, herbiers, os, feuilles de palme, etc.).

Les interventions ne devront pas dépasser les 25 minutes.

Merci d’adresser vos propositions d’intervention avant le 16 avril 2018 aux adresses suivantes : helene.poitevin-blanchard@ehess.fr ; maite.hurel@efeo.net ; dat-wei.lau@efeo.net

Appel à contributions DocAsie 2018

S’inscrire en ligne

Le Japon de Meiji dans la collection photographique du peintre Louis Dumoulin (1860-1924)

Après un premier article paru en 2016 présentant sa collection photographique de Chine, voici une nouvelle étude portant cette fois sur les clichés acquis ou pris au Japon par le peintre Louis Dumoulin.

Peintre officiel de la Marine et fondateur de la Société coloniale des artistes français, Louis-Jules Dumoulin a parcouru le monde et collecté de nombreuses photographies. En 1888-89, puis en 1897, il effectue deux missions officielles en Asie qui le conduiront à séjourner au Japon d’où il ramènera une collection de près de 800 clichés pris de sa main ou achetés sur place principalement dans les studios de Yokohama.

L’ article que je viens de déposer dans l’archive ouverte HAL vise à présenter cette collection et tente de reconstituer le parcours de Dumoulin au Japon et l’origine de ses photographies. Il s’interroge également sur le rôle qu’a joué le Japon et le Japonisme dans la vie et l’oeuvre de ce dernier.

PH110-32 : VIEW OF FISHING VILLAGE AT HONMOKU (n°547). Studio Kusakabe Kimbei,avant 1889. Epreuve à l’albumine sur papier, montage sur carton, porte au dos «Japon. Vue d’un village près d’Onmoku » (annotation de Louis Dumoulin au dos du montage). Université Nice Sophia Antipolis – Bibliothèques – Photothèque ASEMI, collection Louis Dumoulin (CC-BY)

De nombreuses hypothèses ont vu le jour lors de cette étude consacrée à un peintre dont le relatif anonymat actuel tranche avec la reconnaissance académique et la renommée dont il bénéficiait de son vivant. Il reste néanmoins de nombreuses recherches à mener pour parvenir à mieux saisir son rapport à la photographie et pour reconstituer le parcours de Dumoulin et comprendre vraiment les relations qu’il a pu avoir avec le Japon et l’influence qu’a exercé ce pays sur sa vie et son oeuvre.

Lien vers l’étude : https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01517490

Julien Béal
Université Côte d’Azur, CTEL