Archives de catégorie : Actualités

Journée d’études : Appel à communications

Représentations littéraires et artistiques de la femme japonaise depuis le milieu du XIXsiècle : entre fabrique d’images, stéréotypes, auto-exotisme et occidentalisation

Jeudi 16 mai 2019

Organisée par Naoko Tsuruki et Julien Béal

Université Côte d’Azur, Centre Transdisciplinaire d’Épistémologie de la Littérature et des Arts vivants, Nice

            Date anniversaire du début de l’ère Meiji (1868-1912) mais aussi des relations diplomatiques entre le Japon et la France, 2018 était une année propice aux commémorations officielles.  Pourtant, si de nombreux événements ont eu lieu au Japon, il n’y a pas eu à proprement parler de programme d’ampleur nationale, trahissant l’absence de consensus,cent-cinquante ans plus tard, sur l’importance de l’ère Meiji et sur sa signification historique. En France, c’est sous l’appellation « Japonismes2018 » que se sont déroulées des commémorations non pas centrées sur l’avènement de l’ère Meiji, mais sur la célébration du premier traité d’amitiés signé entre les deux pays en 1858. Nostalgie d’un Japon ancien englouti par la modernité, fascination pour le samourai, l’estampe, la geisha… C’est sous le signe des japonismes de la seconde partie du XIXe siècle en Europe, et surtout à Paris que se sont placés la plupart des événements culturels en 2018. Le discours s’efforce,en l’occurrence, de mettre en exergue la fascination et l’admiration esthétique et artistique des Français pour la culture japonaise traditionnelle, « produit d’un héritage ancien », d’un exotisme de bon goût d’autant plus digne d’intérêt que la modernité semble en passe de l’engloutir.

            Toutes proportions gardées, Paris s’est offert sous certains aspects une réédition du pavillon japonais de l’Exposition universelle de 1867. La geisha notamment marqua durablement les spectateurs jusqu’à devenir un symbole puissant d’un Japon que la majorité des Français découvraient alors pour la première fois.Mise en scène pour son potentiel d’attractivité, la geisha devient surtout l’image de la femme japonaise en Occident jusqu’à en faire oublier son métier : celui de pratiquer les arts traditionnels pour accompagner et divertir une clientèle aisée et principalement masculine. L’estampe, puis la photographie, créées au Japon et diffusées en Occident alimentent, de manière souvent intentionnelle, cet amalgame. Le succès populaire deux décennies plus tard de Madame Chrysanthème de Pierre Loti, témoigne de l’ancrage des stéréotypes liés à la femme japonaise et apporte par la même occasion une contribution significative au renforcement de ces derniers.

A côté de cette figure «exotique » entretenue par le Japon lui-même vis-à-vis du monde extérieur, les dirigeants politiques et la nouvelle noblesse japonaise montrent à la nation ce que doit être la modernité et le progrès. Le fait de s’habiller, de manger à l’occidentale et d’apprendre les langues occidentales se dote alors d’un sens d’émancipation et d’indépendance encore plus fort pour la Japonaise que pour le Japonais. Dès lors, on voit s’esquisser, au Japon principalement, l’image d’une nouvelle femme japonaise moderne de la fin du XIXe au début du XXesiècle.

            Notre journée d’étude prend sa source dans les faits historiques décrits brièvement ci-avant, et s’intéresse au domaine de l’imaginaire et de l’expression, en même temps qu’à la question, toujours actuelle, de l’émancipation de la femme dans le monde moderne et contemporain.  Centrée sur l’image de la femme japonaise en Occident mais aussi sur celle de la femme occidentale au Japon, cette journée d’étude s’inscrit dans une approche comparatiste sans limite géographique mais avec une préférence pour les communications liées aux relations franco-japonaises depuis le XIXe siècle jusqu’à nos jours.

Les propositions pourront s’articuler autour des questionnements suivants :

– Existe-t-il une fonction diplomatique dans les représentations de la femme japonaise en Occident et quelles sont les significations et les finalités de celle-ci ?

– En quoi le lien entre le Japon et la femme japonaise s’avère-t-il étroit dans l’imaginaire occidental. Et comment cela se manifeste-t-il, depuis le XIXe siècle, dans les expressions artistiques ?

– L’image de la femme japonaise peut-elle être différente suivant le pays, la société, la période ou l’auteur ?

– Comment l’image de la nouvelle femme japonaise moderne occupe la littérature japonaise ?  Quels symboles peut-on y conférer par rapport aux mutations du pays ? L’émancipation? L’indépendance ? La perdition ?

– Comment la femme occidentale était-elle perçue au Japon lors de la seconde moitié du XIXe siècle ? Comment cette perception a-t-elle évolué et quelles en furent les conséquences sur la société japonaise ?

– Comment l’image de la femme japonaise façonnée durant la seconde partie du XIXe siècle influe-t-elle sur la société japonaise actuelle ?

Ces pistes de réflexions ne sont aucunement exhaustives. Si les communications comparatistes sont souhaitées, cette journée d’étude n’assigne pas de limites disciplinaires à l’intérieur des champs artistiques (Beaux-Arts, arts décoratifs, arts vivants,musique, cinéma, photographie…) et littéraires (y compris la littérature populaire).

La durée des communications est fixée à 30 minutes. Du temps sera consacré aux questions et d’échanges avec le public. Les actes seront publiés dans la revue scientifique en libre accès Loxias.

 Modalités de soumission des propositions et calendrier :

Les propositions de communications en français ou japonais (500 mots maximum) ainsi qu’une courte bio-bibliographie sont à adresser conjointement à jejapon2019@univ-cotedazur.fr avant le 1er février 2019.

Les décisions du comité scientifique sur les propositions seront communiquées courant février2019.

Conférence de Julien Béal à Nice: « Le Japon de Meiji vu à travers la collection photographique du peintre Louis Dumoulin »

Le samedi 18 novembre 2017 à 14h30 à la BMVR-Bibliothèque Louis Nucera de Nice, Julien Béal, spécialiste du peintre et photographe Louis Dumoulin, présentera « Le Japon de Meiji vu à travers la collection photographique du peintre Louis Dumoulin ». Bibliothécaire à la bibliothèque universitaire Henri Bosco et responsable du fond patrimonial « Asemi » (fonds iconographiques et archives de l’Asie du sud-est), bon connaisseur de la langue et de la culture japonaise, Julien Béal fera découvrir ces images du Japon de la toute fin du XIXe siècle et montrera ce que ces vues anciennes (photographies prises par Louis Dumoulin et images achetées sur place comme des cartes postales) peuvent révéler de cette période historique pendant laquelle le Japon, jusque-là fermé, propose au monde une nouvelle « grande Découverte ».

Appel à communications pour l’édition 2017 des Journées DocAsie

Appel à contributions pour les journées DocAsie 2017 : « Explorer et exposer : voyages, témoignages et objets documentaires. Autour des collections « asiatiques »

Date limite d’envoi des propositions d’interventions : avant  le 15 avril 2017, à l’adresse suivante : christophe.caudron@univ-amu.fr

Accédez à l’annonce en ligne : cliquez ici
Lieux : Maison Asie-Pacifique et MUCEM, Marseille
Dates : 21 au 23 juin 2017

Annonce et présentation :

De l’exploration à l’exposition : Témoignage des relations entre la France et l’Asie, résultat d’une « relation », d’un voyage, le document, de collections asiatiques, est ensuite « objectivé » pour devenir source d’exploration, objet d’études, objet conservé, élément constitutif d’une collection, et peut devenir ensuite objet d’exposition.

Les interventions devront s’intéresser à une collection ou à un document (monographique, cartographique, photographique, filmographique, archivistique, manuscrit ou de littérature grise, objets d’art ou ethnographiques), dans cette dimension objective et/ou muséale.

Les trois « étapes » exposées plus haut, constitutives de nos fonds documentaires, pourront être, ensemble ou séparément, la matière des présentations.

Comment une collection a-t-elle été constituée. Son origine est-elle un voyage, des voyages ? A-t-elle elle-même voyagé ? Quels témoignages donnent-t-elle des relations entre France et Asie ? Que différencie collections institutionnelles et privées ?

  • Qu’est-ce que la conservation des collections : ses aspects sémantiques (homogénéité ou non…, intégrité ou non…, pérennité des politiques documentaires…) ; ses aspects techniques (la conservation matérielle selon les types de documents)
  • Qu’est-ce qu’une collection de documents sources ? Des collections, des documents sont-ils devenus des objets d’études, en dehors de leurs contenus ?
  • Qu’est-ce que « faire parler » un document ? Qu’est-ce qu’exposer des documents ? Les multiples manières de les « mettre en scène » (expositions « réelles » / expositions virtuelles) pourront être traitées sous forme de retours d’expériences.
    Ces questions, destinées à guider les intervenants dans leur réflexion, ne peuvent qu’en amener d’autres.

Rappel : vos propositions d’interventions devront être envoyées avant le 15 avril 2017 à : christophe.caudron@univ-amu.fr

L’Institut Confucius Côte d’Azur (ICCA)

Les Instituts Confucius, à l’image des Instituts Français et Italiens, des Instituts Cervantès pour l’Espagne ou encore des Instituts Goethe pour l’Allemagne, sont des outils pour diffuser et promouvoir l’enseignement du chinois et la culture chinoise.

Nouvellement créé à Nice grâce à un partenariat entre l’Université Nice Sophia Antipolis et l’Université de Tianjin, l’Institut Confucius Côte d’Azur (ICCA) est un emblème de la culture chinoise dans la région.

Ouvert à tous les publics, il propose d’accéder à l’apprentissage de la langue et de la culture chinoises.

Au-delà de ces deux objectifs, l’ICCA est une plateforme de coopération au service de l’Enseignement supérieur et de la Recherche et des entreprises, participant ainsi au développement économique et aux échanges entre la Chine et la Côte d’Azur.

Parmi ses autres missions, l’ICCA souhaite renforcer la coopération universitaire ainsi que le lien entre entreprises azuréennes et chinoises.

L’ICCA a notamment pour objectif de jouer un rôle majeur dans la formation continue des professionnels notamment du secteur touristique.

L’ICCA se veut aussi un lieu de vie et de rencontres capable de fédérer les associations et groupes de personnes oeuvrant déjà à Nice et d’attirer largement.

Depuis sa création en novembre 2016, l’ICCA a déjà organisé des conférences sur les thèmes de la médecine traditionnelle chinoise, les écrivains chinois lauréats du Prix Nobel de littérature et un concert de musique chinoise.

D’autres conférences sont programmées pour 2017 et porteront sur des sujets aussi variés que Confucius, le cinéma et la peinture traditionnelle.

Les collections du fonds ASEMI (Asie du Sud-Est et Monde Insulindien) intéressent particulièrement l’ICCA et notamment la collection de photographies anciennes de Chine (1870-1904) du peintre Louis-Jules Dumoulin.