Actualité scientifique

Un gros travail a été réalisé dans les derniers mois (par Julien Beal en particulier) pour lancer la Bibliothèque numérique Côte d’Azur. Mener à bien ce projet a permis de faire passer d’un catalogage classique à une encyclopédie en ligne, HUM@AZUR. Le projet « ASEMI-NUM » a été le moteur de cette transformation très positive pour l’établissement, qui s’est engagé en faveur du projet,  et pour la visibilité de ses « collections remarquables »: ce qui n’était pas visible, ou difficilement, devient accessible urbi et orbi et fait découvrir une véritable mine de documents et d’informations ! Gallica et Isidore moissonnent désormais nos ressources… Nous voilà maintenant au coeur d’une véritable toile dans laquelle il devient passionnant de passer d’un point à un autre.

Grâce au « web sémantique »,  l’objectif est réussi de décloisonner et produire des données nouvelles.

 

Autour d’Henri Bosco : voyageurs et expatriés en Afrique du Nord, textes et images:

11 juin 2021, BU Henri Bosco / CTEL

Journée d’étude organisée par Toufik HADJI,
doctorant en littérature générale et comparée, Université Côte d’Azur, CTEL

Autour d’une exposition sur « Bosco au Maroc » (collections patrimoniales de la BU Henri Bosco), préparée par Angela Maffre

S’évader pour quelques jours, pour quelques mois, voire pour quelques années, ou tout simplement partir, enfin, vagabonder, a toujours séduit les voyageurs occidentaux, « peut-être curieux ? ». L’Afrique du Nord qu’a connue Henri Bosco – le Maghreb (ou même la Berbérie d’antan ?) – semble avoir été une destination déjà prisée par les artistes dits « orientalistes » à partir du XIXe siècle. Comme Henri Bosco (1888-1976) qui résida au Maroc de 1931 à 1955, y enseigna jusqu’à la fin de la guerre, y écrivit la majeure partie de son œuvre  tout en faisant de nombreux voyages en Algérie et Tunisie, Louis Riou (1893-1958) a vécu au Maroc de 1931 à 1945 : il y devient même professeur de dessin. Raconter donc son séjour coïncide avec son besoin intérieur. L’écrivain assoiffé et émerveillé ne se limite pas seulement à l’écriture : il va relier l’écriture et l’image. L’image vient, par conséquent, faciliter la transmission et pourrait éclairer des récits écrits potentiellement incompréhensibles pour le public. Mais en analysant des récits de voyage en Afrique du Nord, on s’aperçoit qu’on ne peut se contenter de ne parler que de l’orientalisme, entre le XIXe et le XXe siècle. Quelle évolution a-t-elle eu lieu entre les œuvres d’Eugène Delacroix (dont les croquis de voyage sur le Maroc en 1832 sont soigneusement conservés au musée du Louvre) et celles d’Henri Bosco (dont les dessins et photographies sont déposés dans les fonds patrimoniaux de la bibliothèque universitaire de la faculté de lettres, Université Côte d’Azur) ? Comment le cliché a-t-il changé ? Si Henri Bosco décrit par exemple dans Des Sables à la mer [1950] ce qu’il voit du Maroc, il ne cherche pas forcément à commercialiser ses œuvres ni à s’inscrire dans le mouvement orientaliste. La passion de l’écrivain voyageur ou expatrié pour l’art de la photographie, du dessin, de la peinture et de l’aquarelle nous rappelle qu’il existe un autre désir de réappropriation du réel, et que ce même voyageur cherche finalement à exprimer cette réalité avec ses propres moyens. Comment les voyageurs de cette génération du premier XXe siècle, comme Bosco, ont-ils cherché à rendre compte du pays qu’ils voyaient ? Comment l’image s’est-elle glissée devant le texte, la photo devant l’aquarelle ? Comment la description du pays peut-elle se réaliser en dehors de l’expression des sensations personnelles, pour atteindre une forme dépouillée de l’objectivité photographique, même par l’écrit ? Bosco est-il comparable à d’autres écrivains-voyageurs de sa génération ? Quels rapports a-t-il entretenus avec eux (Riou, …) ? Comment l’image du pays change-t-elle pour le voyageur d’occasion et le résident au long terme, comme l’a été Bosco au Maroc ? Pour répondre à ces questions sur la relation entre texte et image dans le récit de voyage français en Afrique du Nord, on pourra se détacher du « je » traditionnel, sans le négliger, pour évoquer un « nous » exprimé sur l’image, puisque le voyageur relate aussi une histoire « im-personnelle ».  

Pour suivre les travaux à distance: lien zoom de la journée