Une interface web pour explorer la bibliothèque personnelle d’Henri Bosco (et pourquoi s’intéresser à la bibliothèque d’un écrivain)

Bibliothèques d’écrivain et fonds d’archives en bibliothèque universitaire : pourquoi c’est si compliqué ?

Nous, bibliothécaires, pensons catalogue, description bibliographique, liste d’ouvrages, accès aux documents, et jusqu’à présent cela faisait le job… Mais est-ce suffisant aujourd’hui, nos interfaces apportent-elles vraiment des réponses aux besoins et aux envies des chercheurs ? Prenons un exemple : depuis 2015, les ouvrages de la bibliothèque personnelle de l’écrivain Henri Bosco sont décrits et référencés dans le catalogue des bibliothèques d’Université Côte d’Azur. Pour les trouver, si vous êtes chercheur et que vous vous intéressez à l’ensemble intellectuel que constitue la bibliothèque de cet écrivain, dans la lignée de ce que Jean-Yves Laurichesse a pu faire sur la bibliothèque de Jean Giono[1], vous pouvez renseigner dans le catalogue le terme de recherche BHB, qui correspond au suffixe de cote de cette collection.

Le saviez-vous ? L’auriez-vous deviné ?

Certainement pas. Pour le savoir, vous êtes obligés de passer par le bibliothécaire. Et une fois que vous savez cela, cela ne signifie pas pour autant que vous pouvez facilement avoir un aperçu complet de cette collection, que nenni ! L’ensemble des ouvrages se présente sous la forme d’une liste des titres de la bibliothèque Henri Bosco, mais vous donne aussi tous les autres exemplaires de ces titres dans l’ensemble des bibliothèques de l’Université. En gros, vous aurez des résultats qui dépassent la collection que vous voulez étudier, avec des informations mises en valeur qui ne sont pas celles qui vous intéressent (données de localisation des exemplaires, modalités d’accès…), ….

Alors même que, d’un autre côté, vous ne verrez pas certaines informations bibliographiques qualitatives qui pourraient être pertinentes dans un contexte de recherche. En effet, un deuxième point qui techniquement vous prive d’informations intéressantes, c’est qu’au-delà des descriptions purement bibliographiques, le catalogue actuel des bibliothèques ne vous permet pas de visualiser les spécificités des exemplaires ayant appartenu à Henri Bosco : les dédicaces, les exemplaires numérotés, les documents joints aux livres, les annotations… tous ces éléments qui permettent de voir l’usage fait du livre, son origine, et avec quelles personnes Henri Bosco pouvait être en contact.  

Pourquoi ?

Parce que ces informations ne figurent pas du tout dans notre interface, alors qu’elles sont bien renseignées dans une autre ( ! ) : le SUDOC , le catalogue général des bibliothèques universitaires françaises. Lorsque vous y faites une recherche et tombez sur un ouvrage de la bibliothèque personnelle d’Henri Bosco, vous trouverez bien une indication claire de cette provenance ainsi qu’une note s’il y a des particularités liées à son exemplaire. Mais c’était trop beau… car, dans l’interface du Sudoc, vous ne pouvez pas rechercher les documents sur le critère de leur provenance contrairement à l’astuce décrite plus haut pour notre outil local. Vous êtes donc obligé pour avoir toutes les informations de naviguer entre le Sudoc et notre catalogue. Pas extrêmement pratique…



“Jean Giono et les religions de la terre” de Christian Michelfelder dans la Bibliothèque personnelle d’Henri Bosco : dans notre catalogue, des informations de disponibilités, dans le SUDOC la dédicace de l’auteur à Henri Bosco.

Et tant qu’à parler données, élargissons encore le spectre car les ouvrages ne sont qu’une partie du tout ! A côté de la bibliothèque Henri Bosco, nous conservons aussi ses archives, c’est-à-dire tous les documents rassemblés lors de sa vie et son activité professionnelle, littéraire et personnelle, et des documents de toutes formes, photographies, lettres, manuscrits littéraires ou notes de la vie courante, documents d’identités ou bancaires, invitations à des manifestations publiques, échanges avec des amis, des éditeurs et des admirateurs, etc… . D’autres documents, d’autres informations, d’autres liens. Seulement il y a un hic : le format utilisé pour décrire ces autres types de documents ne correspond pas du tout au format utilisé pour décrire des livres. Pour inventorier des fonds d’archives, nous nous conformons au standard international  EAD (Encoded Archival Description) et l’interface nationale de consultation n’est pas le Sudoc, mais Calames. Pour disposer d’une vue globale sur toutes les informations liées à Henri Bosco au travers de la documentation qu’il a laissée, vous êtes donc maintenant face à trois niveaux de données consultables dans trois interfaces différentes.

Bref, Si vous voulez faire une étude sur le contenu intellectuel de l’ensemble, vous êtes mal engagé ….

Le projet Boscofull (à défaut d’un autre nom génial, mais l’appel est lancé !)

La problématique est donc : pourquoi ne pas rassembler toutes ces métadonnées ? Et comment ?

Et un cran plus loin : pourquoi ne pas développer une interface spécifique qui donnerait à voir l’ensemble des éléments descriptifs indépendamment de leurs sources, et ce en exploitant toutes les métadonnées disponibles (bibliographiques, d’exemplaires, archivistiques), de manière à apporter une réponse fonctionnelle aux limites soulevées plus haut, voire répondre à des questions que vous ne vous êtes pas encore posées…. Ne tapez pas de termes de recherche, voyez immédiatement les axes de recherche potentiels ! Ne restez pas bloqué dans une liste de résultats uniquement filtrable par facettes, suivez le fil des ressources liées les unes aux autres quel que soit leur format d’origine, comme dans un parcours de graphe ! Voici en tout cas ce que nous allons essayer d’imaginer autour de la bibliothèque personnelle et du fonds d’archives Henri Bosco : prendre les données dont nous venons de parler, les rassembler et les faire parler, notamment en identifiant et extrayant les sujets, les lieux, les dates et les personnes liés à Henri Bosco.

Néanmoins ce qui est compliqué pour le chercheur internaute l’est tout autant côté producteurs de données. En effet, même pour les bibliothécaires qui produisent toutes ces métadonnées descriptives mais dans des “silos” différents, les agréger et les relier dans une interface unique afin de les contextualiser et les transformer en information est paradoxalement aussi une forme de gageure[2] !

Reprenons : si l’utilisateur doit naviguer entre plusieurs interfaces selon le type de métadonnées recherchées, c’est bien parce qu’en amont celles-ci ne sont pas stockées au même endroit ni structurées de la même manière, puisqu’à la source, elles ne suivent pas les mêmes normes de description (pour les fonds d’archives vs les monographies “classiques”). Il s’agit donc dans un premier temps d’identifier précisément, grâce à nos logiciels de gestion documentaire locaux, les corpus de métadonnées qui nous intéressent (en l’espèce, celui des documents de la bibliothèque personnelle d’Henri Bosco et celui relatif à son fonds d’archives). Puis, à partir de ces identifiants ainsi repérés, il faut trouver un moyen d’extraire de chaque catalogue national, Sudoc et Calames, les données “natives” complètes et bien structurées. Ces opérations sont rendues possibles par l’écosystème d’API [3] développé par l’Agence bibliographique nationale (Abes), qui gère les deux catalogues. Alors seulement, enfin sous-entendu à la condition d’être en capacité technique de requêter et exploiter les résultats fournis en XML ou JSON, on peut se retrouver en possession de deux sets de données qui non seulement, on l’aura compris, ne partagent pas de structure commune car ne décrivant pas les mêmes objets, mais de plus sont à transformer et reformater car le type d’exposition des données pensé par le fournisseur du web service ne correspond pas forcément au besoin utilisateur à l’instant t pour le projet x. Sachant que le plus dur reste à faire, à savoir interconnecter ces deux jeux de données…

Un mot tout de même sur le contexte documentaire universitaire français, qui malgré les apparences via ce qui vient d’être décrit, présente tout de même de gros avantages : tout d’abord des métadonnées très bien structurées selon des formats standards, des entrepôts de données centralisés jouant le rôle de réservoirs nationaux (le Sudoc et Calames pour ce qui nous occupe ici), et enfin un référentiel d’autorités commun (Idref) se positionnant comme pivot entre les différents réservoirs. Pour le dire simplement sur ce dernier point, l’autorité sujet ou personne qui a par exemple été utilisée pour décrire une monographie et fournir un point d’accès vers ce document via un catalogue, quand elle est aussi utilisée pour indexer le composant d’un inventaire archivistique, est alors naturellement amenée à servir de lien, de pont entre les deux entrepôts de données. En l’état actuel, sans cette possibilité de mise en relation, les deux bases de métadonnées ne peuvent pas communiquer faute de normes et de standards communs.

De manière plus systématique et plus globale, c’est ce même principe de référentiel d’indexation commun utilisé dans des contextes différents, doublé du processus en cours d’alignement d’identifiants entre référentiels de l’ESR (Idref, HAL, Orcid…), qui permet de proposer des vues consolidées de documents rattachés d’une manière ou d’une autre à une personne, comme par exemple dans les pages personnes d’Idref.


Prenons un exemple au hasard, Odile Gannier [4] : IdRef recupère les données du SUDOC, de Calames, de theses.fr et analyse les liens à l’autorité normalisée « Gannier, Odile » selon les fonctions qu’elle exerce dans les documents référencés : auteur, membre de jury de thèse, éditrice scientifique, …

Alors bien sûr, pour le projet qui nous intéresse, l’idéal serait évidemment de disposer d’un formalisme commun quelles que soient les ressources à décrire (livre, lettre, œuvre d’art, etc…), ce qui est d’ailleurs bien un des enjeux de l’adoption des standards du web de données en utilisant la généricité, la souplesse et la puissance d’une structure de graphe type RDF capable de décrire n’importe quelle entité à partir du moment où les classes et les propriétés (les ontologies) qui le permettent existent (et quand ce n’est pas le cas de les créer). Même si, à l’image du site toujours novateur data.bnf.fr, le monde des bibliothèques et de la documentation français est très investi dans cette voie vers le Linked Open Data et la re-modélisation de ses données, nous n’en sommes pas encore à ce stade pour l’ensemble de nos données.

Mais revenons à nos moutons : à défaut d’une interopérabilité par le format, nous allons donc exploiter une interopérabilité par les liens entre les différentes bases de données, et pour voir concrètement comment procéder en termes d’outils, de process et d’interfaces, et bien rendez-vous dans un prochain billet de blog !

Angela Maffre et Géraldine Geoffroy, bibliothèque université Nice Côte d’Azur

 

[1] Jean-Yves Laurichesse, « La bibliothèque européenne de Jean Giono », dans Un canon littéraire européen ? Actes du colloque international de Bonn (26, 27, 28 mars 2014), sous la direction de Michael Bernsen, Université de Bonn, 2017, p. 91-98. En ligne, consulté le 3 mars 2020.

[2] Cela dit, il faut aussi immédiatement préciser que cette co-existence de règles, workflows, types d’encodage, interfaces, et même institutions, différents selon que l’on considère des entités archivistiques ou des documents bibliographiques a toutes les bonnes raisons de s’être installée dans le paysage puisqu’à la base il s’agit de décrire au mieux des objets totalement différents.

[3] Service qui permet d’exposer des données selon un protocole web, et donc de faire des requêtes pour récupérer ces données dans un autre système.

[4] Professeur de littérature générale et comparée à l’Université Côte d’Azur, directrice du CTEL


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.