Archives de catégorie : Louis Dumoulin

Journée d’études : Programme

Représentations littéraires et artistiques de la femme japonaise depuis le milieu du XIXsiècle : entre fabrique d’images, stéréotypes, auto-exotisme et occidentalisation

Jeudi 16 mai 2019

Organisée par Naoko Tsuruki et Julien Béal

Université Côte d’Azur, Centre Transdisciplinaire d’Épistémologie de la Littérature et des Arts vivants, Nice

« Tout voyageur qui visite le Japon ne peut se soustraire au plaisir, je
dirais presque au devoir, de parler de la femme. On conçoit sans peine qu’il doit en être ainsi, parce que la Nipponne est le principal bibelot de ce joli pays », c’est en ces termes que s’exprime E. Cavaglion dans le récit de son tour du monde paru en 1894 (254 jours autour du monde, Paris, Hachette, 1894, p. 372). C’est indéniable, l’image des femmes japonaises durant la seconde partie du XIXe  siècle en France est très souvent réduite à la mousmé comme dans le théâtre animé proposé par le peintre Louis Jules Dumoulin (1860-1925) lors de l’Exposition universelle de 1900, au point souvent d’en gommer toutes les origines sociales des dites femmes comme dans le cas des prostitués japonaises en Indochine française entre 1880 et 1920. D’autres représentations, comme celle du peintre, caricaturiste et journaliste français Georges Ferdinand Bigot (1960-1927), résident durant deux décennies au Japon, sont, dans une veine humoristique, plus diverses et protéiformes.

Dans le courant du XXe, la puissance militaire du Japon et l’inquiétude qu’elle suscite en Occident déplace l’attention des voyageurs mais les femmes japonaises restent abondamment représentées à la fois par les voyageurs occidentaux mais aussi par les écrivains et artistes japonais eux-même. Ainsi, les caricatures de mœurs mettent sur le devant de la scène de nouvelles figures féminines. Ces femmes nouvelles, peuvent présenter une apparence physique très occidentalisée ou particulière comme la garçonne, mais elles deviennent surtout des figures plus combatives, plus engagées socialement.

Plus proche de nous, Carlotta Ikeda (1941-2014), danseuse moderne très présente sur la scène française, propose une image subversive inédite dans laquelle l’exotisme n’est pourtant pas absent.

Centrée sur l’image de la femme japonaise en Occident, cette journée d’étude s’inscrit dans une approche comparatiste sans limite géographique. les questionnements suivants seront au centre des interventions programmées :

– Existe-t-il une fonction diplomatique dans les représentations de la femme japonaise en Occident et quelles sont les significations et les finalités de celle-ci ?

– En quoi le lien entre le Japon et la femme japonaise s’avère-t-il étroit dans l’imaginaire occidental. Et comment cela se manifeste-t-il, depuis le XIXe siècle, dans les expressions artistiques ?

– L’image de la femme japonaise peut-elle être différente suivant le pays, la société, la période ou l’auteur ?

– Comment l’image de la nouvelle femme japonaise moderne occupe la littérature japonaise ?  Quels symboles peut-on y conférer par rapport aux mutations du pays ? L’émancipation ? L’indépendance ? La perdition ?

– Comment la femme occidentale était-elle perçue au Japon lors de la seconde moitié du XIXe siècle ? Comment cette perception a-t-elle évolué et quelles en furent les conséquences sur la société japonaise ?

– Comment l’image de la femme japonaise façonnée durant la seconde partie du XIXe siècle influe-t-elle sur la société japonaise actuelle ?

Avec la participation de Mesdames Christine Lévy, Sandra Schaal, Ayumi Ueda, Maëva Lamolière, et de Monsieur Frédéric Roustan.

Journée d’études – représentations des femmes japonaises -16 mai 2019 – Nice

Le Japon de Meiji dans la collection photographique du peintre Louis Dumoulin (1860-1924)

Après un premier article paru en 2016 présentant sa collection photographique de Chine, voici une nouvelle étude portant cette fois sur les clichés acquis ou pris au Japon par le peintre Louis Dumoulin.

Peintre officiel de la Marine et fondateur de la Société coloniale des artistes français, Louis-Jules Dumoulin a parcouru le monde et collecté de nombreuses photographies. En 1888-89, puis en 1897, il effectue deux missions officielles en Asie qui le conduiront à séjourner au Japon d’où il ramènera une collection de près de 800 clichés pris de sa main ou achetés sur place principalement dans les studios de Yokohama.

L’ article que je viens de déposer dans l’archive ouverte HAL vise à présenter cette collection et tente de reconstituer le parcours de Dumoulin au Japon et l’origine de ses photographies. Il s’interroge également sur le rôle qu’a joué le Japon et le Japonisme dans la vie et l’oeuvre de ce dernier.

PH110-32 : VIEW OF FISHING VILLAGE AT HONMOKU (n°547). Studio Kusakabe Kimbei,avant 1889. Epreuve à l’albumine sur papier, montage sur carton, porte au dos «Japon. Vue d’un village près d’Onmoku » (annotation de Louis Dumoulin au dos du montage). Université Nice Sophia Antipolis – Bibliothèques – Photothèque ASEMI, collection Louis Dumoulin (CC-BY)

De nombreuses hypothèses ont vu le jour lors de cette étude consacrée à un peintre dont le relatif anonymat actuel tranche avec la reconnaissance académique et la renommée dont il bénéficiait de son vivant. Il reste néanmoins de nombreuses recherches à mener pour parvenir à mieux saisir son rapport à la photographie et pour reconstituer le parcours de Dumoulin et comprendre vraiment les relations qu’il a pu avoir avec le Japon et l’influence qu’a exercé ce pays sur sa vie et son oeuvre.

Lien vers l’étude : https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01517490

Julien Béal
Université Côte d’Azur, CTEL

Louis-Jules Dumoulin ou quand la représentation de l’autre est flashée par une rencontre avec soi

Photo tirée de la collection photographique de Louis Dumoulin. Yokohama : jubilé de la reine Victoria, Juillet 1897.

    Placé sous le signe d’un retour à la vie japonaise d’autrefois, le peintre Louis-Jules Dumoulin a su nous emporter au-delà d’un imaginaire occidental pour nous faire atterrir, finalement, au cœur de ses clichés autour d’un Japon passionné et déchiré par l’amour de deux cultures : japonaise et occidentale. Tout cela est rendu possible grâce à ses collections photographiques ramenées de ses deux voyages dans le pays du soleil levant, et qui sont présentes à l’ASEMI dans les fonds de la bibliothèque de l’UNS pour le plus grand plaisir de ses étudiant(e)s et chercheurs. Cette photo est prise par le peintre lui-même pendant son second voyage effectué au Japon en 1897. Cette date correspond, en effet, au jubilé de la reine Victoria comme l’a indiqué Louis Dumoulin dans ses annotations au dos de la photo.

Ainsi, c’est dans ce Japon retransmis qu’on retrouve la représentation des deux cultures en question, en livrant un récit qui renforce le pouvoir de séduction de l’Extrême-Orient dans la scène littéraire et artistique. Un récit dont la modernisation du pays (ou après l’ère Meiji) se retrouve en proie à ses traditions, mais aussi en harmonie avec les coutumes de celui-ci. Cela est désormais remarquable à partir de la photographie, bien propre à l’artiste voyageur, qui raconte un désir et une quête inlassable de fusion avec l’Autre. Cette quête nous est alors parvenue pour faire de ce Japon une nouvelle destination à la mode. En outre, ce qui nous intéresse chez ce nippon inconnu tourne autour d’un dépassement d’une dualité entre l’Extrême-Orient et l’Occident. Le peintre retrace une histoire et un voyage qui se réécrivent au sein d’un Japon en laissant, en effet, une place à un dialogue et à une complémentarité entre le Moi et l’Autre.

Pour nous transmettre cette fusion sur un papier, le peintre montre trois aspects qui ressortent dès que nous nous penchons pour admirer cette photo : le sourire, le spectacle et la passion. Il s’agit d’un partage festif entre Occidentaux et Japonais dans la bonne humeur et dans un sentiment de curiosité, ne niant pas toutefois les différentes oppositions « quelques fois brutales » entre les deux camps. La photographie de Louis Dumoulin est devenue, en somme, une allusion à un récit de voyage qui semble le moyen de s’évader d’un tout autre quotidien raconté dans l’histoire et dans les livres pour arriver, par ailleurs, à une projection dont l’exotisme est transformé en images rattachées à l’enthousiasme du peintre lui-même. Pour cela, le voyageur ne photographie pas les diplomates britanniques qui n’étaient pas présents dans les lieux à ce moment-là, mais anime plutôt son cliché par cette avenue de Yokohama (qui était parmi les seules villes portuaires ouvertes aux étrangers avant la modernisation du pays). Dans ce tirage en noir et blanc, on retrouve tradition et modernité: nous remarquons dès lors des maisons typiquement japonaises en bois, mais le toit est cependant couvert de charpente. C’est effectivement un merveilleux contraste d’un milieu à la fois traditionnel et moderne. Ce milieu ressort de ce cliché raconté par Dumoulin en invitant différents visages japonais et occidentaux. Cet homme maquillé est d’ailleurs au centre de la photo sur sa bicyclette: un moyen de déplacement importé de l’Angleterre, qui n’était pas donné à tout le monde et qui été réservé à la classe aisée du Japon dans les années 1895 (après l’invention du pousse-pousse en 1868). En revanche, l’homme souriant porte une tenue traditionnelle de Samouraï avec une arme « Naginata » à la main.

La photographie de Dumoulin joue, alors, un rôle très important dans l’identification de ce nouveau Japon méconnu aux yeux de l’Occidental. Hormis la littérature de voyage, Dumoulin relate ses voyages par le biais de sa peinture et de ses photographies. En ce sens, cet art devient l’outil ethnographique du peintre dans l’archipel, tout en apportant une nouvelle image sous les ombres et les vapeurs d’un dialogue possible entre plusieurs cultures. Toutefois, en étant le plus souvent liée à la question de l’identité japonaise entre hier et aujourd’hui, la photographie de Louis Dumoulin n’exclut tout de même pas les différences entre le Même et l’Autre. Cette altérité est choisie passionnément pour arriver, enfin, à une ouverture sur un monde où le vagabondage et la curiosité sont parfois les principales quêtes au début du voyage. Nous ne pouvons pas, dans un autre contexte, exclure l’importance de cette photographie dans les conditions de la formation des stéréotypes sociaux. C’est, d’emblée, un sujet qui nous intéresse en tant que chercheurs et futurs chercheurs : sommes-nous issus des cases que chaque société veut nous imposer ? Je crois que notre vraie identité n’est que le résultat de ce contact avec l’Autre.

Toufik HADJI, étudiant de l’UNS en Master 2 « Lettres, recherche », parcours littérature comparée et études européennes. Sujet de mémoire : Le voyageur perplexe dans le Japon du XIXe et XXe siècle (textes et représentations).

La collection photographique sur la Chine du peintre Louis Dumoulin (1860-1924)

Peintre officiel du Ministère de la Marine, auteur du panorama du tour du monde lors de l’exposition universelle de Paris en 1900, commissaire de l’exposition coloniale de Marseille en 1906, fondateur et longtemps président de la Société coloniale des artistes français, Louis-Jules Dumoulin était un personnage bien ancré dans les milieux coloniaux de la Troisième République française et  son influence dans le monde de l’art de l’époque n’avait rien d’anodin.

Pourtant, force est de constater qu’aujourd’hui, les tableaux de ce peintre, considéré comme un maitre du panorama, sont plutôt conservés dans les réserves des musées qu’exposés dans leurs collections permanentes…

De la même façon, sa riche collection photographique, conservée pour la partie Asie à la Bibliothèque de l’Université Nice Sophia Antipolis (et pour une petite partie au Musée Guimet) est  largement méconnue et très peu étudiée.

GRADIVA vise notamment à combler cette lacune en fédérant et en publiant selon les principes de l’Open access un maximum de recherches sur cette collection remarquable et sur Dumoulin lui-même.

L’article que nous vous présentons ici dans sa version française (il a été publié en octobre 2016 en chinois dans le 21ème numéro de  漢學研究 = Chinese studies. ISBN 978-7-5077-5114-7. pp. 212-219) est donc, nous l’espérons, le premier d’une longue série.

PH92-22 : Mandarin's sedan chair, Peking. Thomas Child, photographie prise entre 1870 et 1890. Epreuve à l’albumine sur papier, montage sur carton, porte au dos « Chaise à porteurs pour les mandarins » (annotation de Louis Dumoulin au dos du montage)
PH92-22 : Mandarin’s sedan chair, Peking. Thomas Child, photographie prise entre 1870 et 1890. Epreuve à l’albumine sur papier, montage sur carton, porte au dos « Chaise à porteurs pour les mandarins » (annotation de Louis Dumoulin au dos du montage)

Outre une présentation générale de la collection, vous y découvrirez les deux voyages en Chine de Louis Dumoulin (en 1888-89, puis en 1897) et les quelques 300 clichés pour la plupart achetés sur place, qu’il a ramenés en France. Cet article tente également de reconstituer le parcours de Dumoulin en Chine et l’origine de ses photographies.

Julien Béal
Université Nice Sophia Antipolis
Laboratoire CTEL
Accès à l’article :